Ottawa cible la désinformation « nuisible » en ligne


Dominique Lemoine - 17/03/2022

Le gouvernement du Canada renforce son initiative de citoyenneté numérique pour contrer la désinformation « nuisible », l’information « trompeuse », ainsi que la propagande qui circulent en ligne.Logo du gouvernement du Canada

Dans le cadre de cette initiative lancée en 2019, 2,5 millions de dollars de plus seront utilisés par le ministère du Patrimoine pour financer des activités, des ateliers et des projets d’organismes et d’universitaires, choisis par appel de propositions, qui « aideront les gens à déceler la mésinformation et la désinformation », par exemple « en établissant des partenariats pour soutenir une société de l’information plus saine ».

« Chaque jour, des opinions sont manipulées et une division se crée en raison de la désinformation délibérée qui se fait en ligne », selon le ministre des Affaires intergouvernementales, dont les propos sont rapportés par communiqué.

En conséquence, « nous devons faire davantage pour contrer la propagation grandissante de la mésinformation et de la désinformation nuisibles », affirme Patrimoine canadien. La mésinformation et la désinformation peuvent être distinguées par l’intention de l’émetteur ou du transmetteur de l’information, ainsi que par sa connaissance ou non de la véracité de l’information (re)transmise.

Appel à l’esprit critique

Selon Patrimoine canadien, les projets financés contribueront notamment « à favoriser la pensée critique lorsqu’il faut vérifier les sources d’information », ainsi qu’à « aider la population à devenir plus consciente et plus résiliente et à porter un jugement plus critique sur l’information qu’elle voit et consomme en ligne ».

« La population peut jouer un rôle pour signaler la mésinformation et la désinformation nuisibles », ajoute le ministère. Patrimoine canadien mentionne qu’il travaillera en « étroite collaboration » avec des organismes « ciblés et spécialisés », et que les parties intéressées seront contactées au cours des prochains jours.

RT et RT France retirées des ondes

Par ailleurs, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a retiré les chaînes de télévision RT et RT France de la liste de services de programmation et de stations non canadiens autorisés pour distribution par les fournisseurs de services de télévision du Canada.

Selon le CRTC, sur la base de 373 interventions reçues dans le cadre d’une consultation publique qui avait été lancée le 3 mars 2022, la programmation de ces médias « n’est pas conforme » aux normes de diffusion canadiennes et aux objectifs de la Loi sur la radiodiffusion, leur distribution « n’est pas dans l’intérêt public » et leur diffusion continue « ne sert plus l’intérêt public ».

« Les fournisseurs de services de télévision ont l’autorisation de distribuer des services de télévision étrangers afin d’offrir un large éventail de points de vue et de voix. […] Toutefois, le CRTC considère que les services de nouvelles non canadiens devraient respecter les mêmes normes en matière de programmation que les services canadiens », dit le CRTC.

Lire aussi :

Hashtag Tendances, 3 mars 2022 — Effets boule de neige du conflit en Europe; et plus

Restrictions technologiques contre la Russie

Facebook réplique au Wall Street Journal




Tags: , , , , , , , , , ,