Sondage sur l’IA : des Québécois optimistes quant à leur propre sort

Bien que la moitié des répondants (53 %) pensent que l’intelligence artificielle (IA) provoquera des pertes d’emploi, la plupart d’entre eux ne craignent pas l’arrivée de l’IA à titre personnel, selon le Baromètre Cirano 2018.Travailleuse, travailleur, travail, emploi, TI

Moins d’un répondant sur cinq (17 %) croit qu’il pourrait perdre son emploi à cause de l’IA et le quart des répondants (26 %) estiment que l’IA affectera les tâches qu’ils accomplissent dans le cadre de leur travail.

Les plus inquiets d’être personnellement touchés sont des résidents de la région de Montréal (21 %), ainsi que des ouvriers spécialisés et travailleurs manuels (27 %).

Les répondants anglophones sont plus plus préoccupés que les francophones, 22 % contre 15 %, et les diplômés du secondaire redoutent davantage une perte d’emploi que les diplômés universitaires, 20 % contre 11 %.

Plus de huit répondants sur dix se disent que l’IA rendra les entreprises plus performantes et 61 % se disent prêts à se former pour s’y adapter.

Pour aider le Québec à mieux gérer le développement de l’IA, 54 % des répondants se disent d’accord pour que le gouvernement soutienne les personnes qui perdront leur emploi à cause de l’IA. « Quel que soit leur revenu, région d’habitation, occupation, niveau d’étude, langue, une grande partie des Québécois considèrent cette piste d’action comme étant prioritaire », a indiqué, par communiqué, Ingrid Peignier, coauteure de l’étude et directrice de projet, des communications et des relations partenaires au Cirano.

Pour 47 % des répondants, l’État doit aussi prioritairement protéger les données personnelles recueillies par les objets connectés et les programmes d’IA.

Le sondage a été réalisé entre le 5 et le 10 avril 2018 auprès de 1013 répondants représentatifs de la population du Québec, mentionne le Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (Cirano).

Lire aussi :

Projet d’observatoire des impacts sociaux de l’IA

IA : attention aux dérapages éthiques selon Yoshua Bengio et Yann LeCun

Gartner déconseille un usage abusif du terme « intelligence artificielle »

Articles connexes

Une étude révèle que les données obscures nuisent aux stratégies de DataOps

Quest Software, un fournisseur de logiciels de gestion de systèmes, de protection des données et de sécurité, en collaboration avec l'Enterprise Strategy Group (ESG), a publié le rapport 2022 sur l'état de la gouvernance et de l'autonomisation des données, un rapport annuel mettant en évidence les principaux défis et innovations en matière de gouvernance des données, de gestion des données et de DataOps.

SAS Hackathon 2022 : Résoudre les problèmes du monde réel à l’aide de données

C’est cette semaine que SAS annonçait les gagnants de son Hackathon 2022. Parmi 70 équipes qualifiées du monde entier et 50 soumissions, SAS a retenu 13 équipes pour leur innovation utilisant l'intelligence artificielle infonuagique Viya de SAS, Microsoft Azure et d'autres technologies. 

Bris de la confidentialité de renseignements personnels de candidats à Québec

Des documents et des fichiers du gouvernement du Québec contenant des renseignements personnels au sujet de 31 540 personnes ont été trouvés sur des supports informatiques externes au domicile d’un employé de la fonction publique.

Déficits de connaissances sur comment bien protéger ses renseignements personnels

Près de huit personnes sur dix au Canada disent ne pas être assez informées sur la façon de bien protéger leurs données personnelles en ligne, selon un sondage produit par Hill+Knowlton pour Interac.

Internet haute vitesse moins cher pour familles à faible revenu

Une initiative du gouvernement fédéral permet que des accès plus abordables à Internet haute vitesse soient proposés aux familles à faible revenu.