Gartner déconseille un usage abusif du terme « intelligence artificielle »

Gartner pointe du doigt une confusion générée par un battage marketing autour du terme « intelligence artificielle ».

Intelligence artificielle
Image : Getty

La firme de recherche et d’analyse basée aux États-Unis affirme qu’un « battage de marché et un intérêt croissant à l’égard de l’intelligence artificielle incitent des fournisseurs de logiciels à utiliser l’étiquette d’intelligence artificielle dans leur stratégie de produits, créant une confusion considérable ».

Gartner soutient que le terme « intelligence artificielle » ne faisait même pas partie en janvier 2016 des 100 termes les plus recherchés sur son site internet, mais qu’en mai 2017 ce terme est devenu le septième terme le plus recherché sur son site.

Ainsi, Gartner mentionne que des technologies associées au terme « intelligence artificielle » pourraient être incluses dans « presque chaque nouveau logiciel produit en 2020 ».

« Plusieurs fournisseurs de logiciels cherchent à revendiquer leur part de cette plus importante ruée vers l’or des dernières années » et mettent ainsi en vente des produits (logiciels, applications ou plateformes) qui sont présentés comme étant basés sur l’intelligence artificielle (IA), explique Gartner.

Gartner ajoute que l’investissement en IA pourrait en 2020 faire partie des cinq principales priorités d’investissement numérique pour 30 % des responsables des technologies de l’information d’organisations.

Cependant, selon Gartner, le « battage » et ce qu’elle appelle du « AI Washing » pourraient contribuer à « obscurcir les réels avantages » de l’intelligence artificielle auprès des acheteurs potentiels.

« De manière similaire à la pratique du verdissement d’image, selon laquelle des entreprises exagèrent les aspects environnementaux de leurs produits et pratiques pour des raisons commerciales, des fournisseurs de technologies utilisent l’étiquette IA un peu trop à tort et à travers », précise Gartner.

Selon Gartner, le terme « intelligence artificielle » devrait faire référence aux « systèmes qui changent de comportement sans être explicitement programmés pour le faire, en fonction des données collectées, de l’analyse des modes d’utilisation et d’autres observations ».

Lire aussi :

L’industrie de l’IA attire l’investissement

Être ou ne pas être de l’intelligence artificielle

Articles connexes

Une étude révèle que les données obscures nuisent aux stratégies de DataOps

Quest Software, un fournisseur de logiciels de gestion de systèmes, de protection des données et de sécurité, en collaboration avec l'Enterprise Strategy Group (ESG), a publié le rapport 2022 sur l'état de la gouvernance et de l'autonomisation des données, un rapport annuel mettant en évidence les principaux défis et innovations en matière de gouvernance des données, de gestion des données et de DataOps.

SAS Hackathon 2022 : Résoudre les problèmes du monde réel à l’aide de données

C’est cette semaine que SAS annonçait les gagnants de son Hackathon 2022. Parmi 70 équipes qualifiées du monde entier et 50 soumissions, SAS a retenu 13 équipes pour leur innovation utilisant l'intelligence artificielle infonuagique Viya de SAS, Microsoft Azure et d'autres technologies. 

Bris de la confidentialité de renseignements personnels de candidats à Québec

Des documents et des fichiers du gouvernement du Québec contenant des renseignements personnels au sujet de 31 540 personnes ont été trouvés sur des supports informatiques externes au domicile d’un employé de la fonction publique.

Internet haute vitesse moins cher pour familles à faible revenu

Une initiative du gouvernement fédéral permet que des accès plus abordables à Internet haute vitesse soient proposés aux familles à faible revenu.

Fonds de développement des compétences des employés des fournisseurs d’Apple

Apple a créé un fonds de 50 millions de dollars américains de développement des employés de ses fournisseurs, qui élargira leur accès à des opportunités d'apprentissage et de développement de leurs compétences.