Les banques : premières cibles des malveillances au Canada

La Banque TD aurait été la marque canadienne la plus visée par des malveillances informatiques en 2015, selon le blogue de Trend Micro.Illustration du concept de sécurité et d'un écran tactile

D’après les données analysées par cette multinationale en sécurité informatique, la banque torontoise aurait été deux fois plus touchée que la Banque de Montréal. Cette dernière aurait elle même été deux fois plus ciblée par des tentatives malveillantes que la banque CIBC, qui arrive en troisième position.

Les institutions financières dominent les 14 premières des 21 places du classement. Les autres sont occupées par des entreprises de télécommunications : Koodo Mobile, Rogers, Telus et Fido.

Toujours selon le billet de Trend Micro, le principal risque au Canada viendrait du logiciel publicitaire OpenCandy. « Les utilisateurs sont dupés et poussés à l’installer sur leur ordinateur, qui est alors également utilisé pour télécharger des programmes malveillants, a écrit l’auteure du billet, Natasha Hellberg, analyste principal. Les logiciels publicitaires, Infostealer et les chevaux de Troie bancaires constituent les principales menaces constatées au Canada en novembre 2015. ». L’analyste note la rareté des rançongiciels alors que ces derniers représentent un risque important actuellement aux États-Unis.

Autre particularité canadienne : le ratio d’adresses IP malveillantes et de domaines hébergés malveillants est d’un sur un. Les domaines sont donc hébergés sous une seule adresse IP, et non sous plusieurs adresses en même temps comme c’est le cas dans d’autres pays.

Cela fait dire à Natasha Hellberg que l’infrastructure pour l’hébergement malveillant est moins sophistiquée au Canada qu’elle ne l’est dans des pays plus connus pour être des points chauds du cybercrime. « Au contraire, il semble que soient plus couramment utilisés de vrais sites auxquels on a injecté du contenu malveillant », ajoute-t-elle.

Lire aussi:

Un million d’applications mobiles malveillantes?

Logiciels de rançon bientôt sur un poignet près de vous

Croissance plus faible que prévue des revenus de logiciels de sécurité

Articles connexes

La satisfaction à l’égard des banques et de leurs applications de cartes de crédit en baisse

Une série d'études menées par JD Power auprès d'utilisateurs d'applications mobiles et en ligne de banques et de cartes de crédit au Canada a révélé qu'une combinaison d'un stress financier accru de la part des consommateurs et d'un manque de personnalisation des canaux numériques a entraîné une diminution année après année du nombre de clients et de leur satisfaction dans la plupart des canaux numériques évalués.

Un RAT à bas prix très utile aux pirates, selon des chercheurs de BlackBerry

L'une des raisons pour lesquelles le nombre de cyberattaques ne cesse d'augmenter est que le coût des outils de piratage pour les cybercriminels ne cesse de baisser. Les offres de logiciel en tant que service sont courantes, mais certains développeurs sans scrupules maintiennent le prix de leurs outils à un bas niveau.

Bris de la confidentialité de renseignements personnels de candidats à Québec

Des documents et des fichiers du gouvernement du Québec contenant des renseignements personnels au sujet de 31 540 personnes ont été trouvés sur des supports informatiques externes au domicile d’un employé de la fonction publique.

Toronto : SecureKey sera acquise par Avast

La firme de cybersécurité SecureKey Technologies a conclu un accord pour être achetée par le fournisseur d'antivirus Avast, basé en République tchèque.

Technologies et cybersécurité au budget du Québec

Le budget 2022-2023 du gouvernement du Québec prévoit 451 millions de dollars pour la transition de l’État et des entreprises vers le numérique, et pour stimuler les achats de technologies, au cours des cinq prochaines années.