La satisfaction à l’égard des banques et de leurs applications de cartes de crédit en baisse

Une série d’études menées par JD Power auprès d’utilisateurs d’applications mobiles et en ligne de banques et de cartes de crédit au Canada a révélé qu’une combinaison d’un stress financier accru de la part des consommateurs et d’un manque de personnalisation des canaux numériques a entraîné une diminution année après année du nombre de clients et de leur satisfaction dans la plupart des canaux numériques évalués.

panne_facebook
Image : Getty

L’entreprise a mené quatre études : l’Étude sur la satisfaction de l’application mobile des services bancaires au Canada en 2022, l’Étude sur la satisfaction des services bancaires en ligne au Canada en 2022, l’Étude sur la satisfaction des applications mobiles des cartes de crédit au Canada en 2022 et l’Étude sur la satisfaction des clients en matière de cartes de crédit en ligne au Canada en 2022, afin d’évaluer la satisfaction des clients à l’égard des services bancaires, sites Web et applications mobiles des fournisseurs de cartes de crédit. Les études sont basées sur les réponses de 8 267 clients de banques et détenteurs de cartes de crédit à l’échelle nationale et ont été menées de février à avril 2022.

L’étude a révélé que RBC Banque Royale se classait au premier rang pour la satisfaction des applications bancaires mobiles, TD Canada Trust au deuxième rang et la Banque Scotia au troisième rang.

En outre, la Banque CIBC s’est classée au premier rang pour la satisfaction des services bancaires en ligne, la Banque Scotia au deuxième rang et RBC au troisième rang.

Dans la catégorie de satisfaction des applications mobiles de carte de crédit, la Banque Tangerine a été classée au premier rang, suivie de RBC Banque Royale.

Alors que l’enquête classe les banques qui réussissent avec leurs plateformes numériques, y a-t-il des facteurs qui rendent vraiment une application bancaire mobile efficace ?

Selon Jennifer White, consultante senior en intelligence bancaire et de paiement chez JD Power, la satisfaction globale à l’égard des canaux numériques bancaires et de carte de crédit repose sur quatre facteurs : informations et contenu, navigation, performance et attrait visuel.

Pour plus de détails, l’article original (en anglais) est disponible sur le site IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Lire aussi :

Hausse des inquiétudes concernant le piratage et le vol d’identité via la biométrie

Règlement de 200 M$ suite au vol de données chez Desjardins approuvé par le tribunal

Deloitte acquiert AE Cloud Consultants pour renforcer ses solutions infonuagiques NetSuite

Traduction et adaptation française par Renaud Larue-Langlois.

Samira Balsara
Samira Balsara
Samira est rédactrice pour IT World Canada. Elle poursuit actuellement des études en journalisme à la Toronto Metropolitan University (anciennement Ryerson) et espère devenir présentatrice de nouvelles ou rédiger des profils journalistiques. Vous pouvez lui envoyer un courriel à sbalsara@itwc.ca.

Articles connexes

Un sondage de Cisco Canada révèle que l’innovation n’est pas une priorité pour la plupart des organisations canadiennes

Cisco Canada et Angus Reid ont publié un sondage qui révèle que les organisations canadiennes ont du mal à augmenter leurs investissements dans l'innovation.

Les employés en ont assez des problèmes de connexion aux applications, selon un rapport

Se connecter à de nombreuses applications professionnelles – et parfois devoir se connecter à plusieurs reprises – agace de nombreux employés et nuit peut-être à leur productivité, selon un sondage réalisé par un fournisseur de gestion de mots de passe basé au Canada.

Les Canadiens victimes des effets de la « surcharge d’informations »

OpenText, une entreprise qui développe et vend des logiciels de gestion de l'information d'entreprise, a publié hier une nouvelle enquête révélant dans quelle mesure les effets de la surcharge d'informations affectent les Canadiens et comment cela a changé durant la pandémie de COVID-19. 

De nombreuses entreprises nord-américaines n’ont pas d’assurance contre la cybercriminalité

De nombreuses organisations nord-américaines n'ont toujours pas de cyber assurance, révèle une nouvelle étude, et celles qui en ont n'ont pas une couverture suffisante.

50 % des PME affirment que le réseau mondial de paiement les a aidées à traverser la pandémie

Mastercard publiait récemment un rapport intitulé « 2022 Borderless Payments Report », qui souligne les défis des petites entreprises et leur recours aux paiements transfrontaliers pour rester à flot pendant la pandémie. Trois mille petites et moyennes entreprises (PME) du monde entier ont été interrogées.