Gestion des données personnelles détenues par les partis politiques

Les partis politiques du Québec ne sont pas tenus, pour l’instant, de respecter les mêmes lois et règles que les organismes privés et publics en matière de protection des renseignements personnels qu’ils détiennent et utilisent pour communiquer avec les électeurs.

politique, données
Image : Getty

Le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) affirme, sur la base d’une étude d’Élections Québec qui vient d’être déposée à l’Assemblée nationale du Québec, que des partis politiques du Québec se sont équipés, au cours des dernières années grâce à l’évolution des technologies, de leurs propres bases de données au sujet des électeurs et des électrices.

Le DGEQ, Pierre Reid, par voie de communiqué, se dit « préoccupé par le fait qu’un parti politique puisse détenir des renseignements personnels sur des électeurs sans qu’un encadrement législatif soit en place, pour les partis [politiques], en matière de protection des renseignements personnels ».

Dans des pays européens et en Colombie-Britannique, par exemple, l’encadrement des partis politiques inclurait de devoir « respecter les mêmes règles que les organismes privés et publics en matière de protection des renseignements personnels », souligne le DGEQ, sur la base de l’étude.

Les recommandations d’Élections Québec et du DGEQ incluent donc « de mettre en place un encadrement législatif qui répond aux principes reconnus en matière de protection des renseignements personnels », ainsi que de « réduire la fréquence de transmission des listes électorales aux partis politiques ».

La liste électorale permanente « contient des renseignements au sujet de 6,1 millions d’électrices et d’électeurs » et « les partis politiques reçoivent une copie de cette liste trois fois par année, ainsi que trois fois en période électorale », précise le DGEQ, pour leur permettre de communiquer avec les électeurs.

La Commission d’accès à l’information du Québec s’est prononcée en faveur des recommandations. « Les citoyens s’attendent à ce que les partis respectent la vie privée et assurent la protection des renseignements personnels qu’ils détiennent au sujet des électeurs, des bénévoles, de leurs employés, des donateurs et des candidats », affirme sa présidente par intérim, Diane Poitras, par communiqué.

Lire aussi :

Aperçu des technologies de campagne électorale accessibles en 2018

Une majorité de Québécois serait à l’aise avec des services publics en ligne

Propositions pour moderniser la protection des renseignements personnels au fédéral

Articles connexes

L’industrie de la restauration du Canada aura son premier marché dans le métavers

Restaurants Canada, une association sans but lucratif qui vise à accroître le potentiel de l’industrie de la restauration grâce à des programmes destinés aux membres, la recherche, la défense des intérêts, des ressources et des événements, développe un marché dans le métavers pour son industrie.

Institut d’IA appliquée à l’Université Concordia

Un institut d’intelligence artificielle appliquée a été lancé par l’Université Concordia à Montréal.

Le cheval de Troie Gh0stCringe requiert des interventions

Les administrateurs de bases de données sont invités à renforcer leur sécurité informatique contre un logiciel de type cheval de Troie nommé Gh0stCringe.

Travail hybride : partenariat entre Microsoft et Rogers

Rogers proposera des applications Teams et des services infonuagiques Azure de Microsoft pour la communication en milieu de travail hybride et 5G.

Partenariat entre BlackBerry et Isaac pour le camionnage

La technologie multicapteurs de surveillance de remorques et de production de rapports Radar de BlackBerry a été intégrée à la plateforme de gestion et de visibilité de parcs de camions d'Isaac pour les entreprises de camionnage.