Cambridge Analytica : le Commissariat à la vie privée épingle Facebook

Le cadre de protection de la vie privée de l’entreprise de médias sociaux « était une coquille vide » et ses politiques de confidentialité « étaient vagues », selon le Commissariat à la protection de la vie privée.Logo de Facebook

Dans le cadre du dévoilement du rapport d’enquête conjointe, avec le Commissariat à l’information et à la protection de la vie privée de la Colombie-Britannique, au sujet de l’affaire Cambridge Analytica, le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada affirme que Facebook « refuse de remédier à des lacunes graves en matière de protection de la vie privée », et aussi qu’elle « conteste les conclusions de l’enquête ».

Le Commissariat ajoute, sur la base du rapport d’enquête, que Facebook « a commis des violations graves aux lois et s’est soustraite à ses responsabilités concernant la protection des renseignements personnels », et qu’il y a « contradiction frappante avec les promesses publiques faites par Facebook ».

En conséquence, les deux organismes qui ont mené l’enquête suggèrent une « réforme législative », de manière à « accroître les pouvoirs de sanction » des organismes fédéral et provinciaux de réglementation de la protection de la vie privée, c’est-à-dire eux-mêmes, incluant la « capacité d’imposer des amendes significatives », des « lois plus strictes sur la protection des renseignements », des « pouvoirs plus étendus pour examiner les pratiques d’une organisation », ainsi que le « pouvoir de rendre des ordonnances contraignantes ».

« Il est inacceptable que des organisations puissent rejeter les conclusions juridiques du Commissariat comme si elles n’étaient que de simples opinions », soutient le Commissariat.

Les infractions qui sont reprochées à Facebook incluent « le caractère superficiel » de ses régimes de consentement et de protection des renseignements personnels, ainsi que de ne pas avoir « exercé une bonne surveillance des pratiques de protection de la vie privée des applications [tierces] sur sa plateforme », le tout ayant contribué à un « accès non autorisé » à des renseignements personnels.

Lire aussi :

Action collective contre Facebook au Canada

Facebook : enquête au Canada et vérifications au Québec

Articles connexes

Les consommateurs et les entreprises n’ont pas les mêmes priorités en matière de confidentialité

Selon des recherches récentes de Cisco Systems, les consommateurs et les chefs d'entreprise ont des priorités différentes en matière de confidentialité des données.

Il est temps de réfléchir aux procédures de confidentialité de votre organisation

L'avocat d'Ottawa Kris Klein conseille les organisations canadiennes sur la façon de mettre en place des politiques et des procédures pour se conformer aux obligations légales fédérales et provinciales en matière de confidentialité des données.

Meta devra payer 725 M$ aux utilisateurs américains de Facebook suite au scandale de Cambridge Analytica

Les retombées du scandale Cambridge Analytica de 2018 continuent d’accabler Facebook et sa société mère, Meta Platforms.

Plus d’un adulte québécois sur cinq a déjà acheté ou vendu de la cryptomonnaie

Une enquête NETendances de l'Académie de la transformation numérique (ATN) de l'Université Laval révèle que près du quart (22 %) des adultes québécois ont déjà acheté ou vendu de la monnaie virtuelle, communément appelée « cryptomonnaie ». 

85 % des responsables I&O prévoient augmenter leur niveau d’automatisation

Une récente enquête de Gartner révèle que 85 % des responsables de l'infrastructure et des opérations (I&O) qui ne disposent actuellement d'aucune automatisation complète s'attendent à devenir plus automatisés au cours des 2 à 3 prochaines années.