Les protecteurs canadiens de la vie privée publient des principes pour le développement responsable de l’IA

Dans la foulée des directives de cybersécurité pour les systèmes d’IA générative publiées par le gouvernement fédéral, les régulateurs fédéraux, provinciaux et territoriaux de la protection de la vie privée du Canada ont publié leur propre ensemble de lignes directrices liées à la confidentialité.

Annoncés fin novembre ces principes visent à faire progresser le développement et l’utilisation responsable, digne de confiance et respectueuse de la vie privée des technologies d’intelligence artificielle générative au pays.

Alors que le Parlement débat du projet de loi sur l’intelligence artificielle et les données (LIAD), qui imposerait des règles obligatoires autour des systèmes d’IA à haut risque, la loi n’entrera probablement pas en vigueur avant plusieurs années. Les gouvernements et les régulateurs espèrent qu’entre-temps, les lignes directrices donneront aux développeurs d’applications, aux entreprises et aux ministères une idée de jusqu’où ils devraient ou ne devraient pas aller.

Et bien que les lois régissant l’IA ne soient pas encore en vigueur, les régulateurs notent que les organisations développant, fournissant ou utilisant l’IA générative ont respecté les lois et réglementations en vigueur au Canada en matière de protection de la vie privée.

Le même jour, le gouvernement a annoncé que huit autres entreprises avaient signé son code de conduite volontaire en matière d’IA. Parmi elles, AltaML, qui aide les entreprises avec des solutions d’IA ; BlueDot, qui utilise l’IA pour suivre les maladies infectieuses ; le fournisseur de solutions CGI ; Kama.ai, qui utilise l’IA pour créer des applications de marketing et de relation client ; IBM : Protexxa, qui propose une plateforme de cybersécurité SaaS ; Resemble AI, qui permet aux organisations de créer des voix humaines pour répondre aux requêtes dans les centres d’appels et Scale AI, qui aide les entreprises à créer des modèles d’IA. Le code volontaire identifie les mesures que les organisations sont encouragées à appliquer à leurs opérations lorsqu’elles développent et gèrent des systèmes avancés d’IA générative.

Le commissaire fédéral à la protection de la vie privée, Philippe Dufresne, a annoncé le 7 décembre le nouveau document de principes à l’ouverture d’un symposium international sur la protection de la vie privée et l’IA organisé par son bureau.

Le document explique comment les principes clés de confidentialité s’appliquent lors du développement, de la fourniture ou de l’utilisation de modèles, d’outils, de produits et de services d’IA générative. Ceux-ci incluent :

  • Établir une autorité légale pour la collecte et l’utilisation des informations personnelles utilisées dans les systèmes d’IA et, lorsque l’on s’appuie sur le consentement, garantir qu’il est valide et significatif.
  • Être ouvert et transparent sur la manière dont les informations sont utilisées par les systèmes d’IA et sur les risques encourus en matière de confidentialité.
  • Créer des outils d’IA explicables aux utilisateurs.
  • Développer des garanties pour le droit à la vie privée.
  • Limiter le partage d’informations personnelles, sensibles ou confidentielles.

Les développeurs sont également invités à prendre en considération l’impact unique que ces outils pourraient avoir sur les groupes vulnérables, notamment les enfants.

Le document fournit des exemples de bonnes pratiques, notamment la mise en œuvre de la « confidentialité dès la conception » dans le développement des outils et l’étiquetage du contenu créé par l’IA générative.

L’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois.

Howard Solomon
Howard Solomon
Actuellement rédacteur pigiste, Howard est l'ancien rédacteur en chef de ITWorldCanada.com et de Computing Canada. Journaliste informatique depuis 1997, il a écrit pour plusieurs publications sœurs d'ITWC, notamment ITBusiness.ca et Computer Dealer News. Avant cela, il était journaliste au Calgary Herald et au Brampton Daily Times en Ontario. Il peut être contacté à [email protected].

Articles connexes

Intel se lance dans l’aventure avec de nouvelles offres centrées sur l’IA

Le lancement d'un produit majeur par Intel Corp. jeudi dernier a prouvé que l'organisation est clairement en plein essor, affirme Denis Gaudreault, directeur national d'Intel Canada, ajoutant qu'il espère que dans quelques années, « les gens écriront des livres sur notre redressement ».

Lancement de Coveo Relevance Generative Answering

Coveo, un fournisseur montréalais de plateformes d'IA d'entreprise, lance Coveo Relevance Generative Answering, une solution basée sur l’IA qui peut générer des réponses aux requêtes complexes des utilisateurs en tirant parti des grands modèles de langage (GML).

Les commissaires à la protection de la vie privée provinciaux s’opposent au projet de tribunal fédéral chargé de la protection de la vie privée

Les commissaires à la protection de la vie privée du Québec, de l'Alberta et de la Colombie-Britannique affirment que la refonte proposée de la loi fédérale sur la protection de la vie privée du Canada ne devrait pas ajouter un tribunal chargé de la protection de la vie privée pour entendre les appels de certaines décisions prises par le commissaire national à la protection de la vie privée.

Un accord politique européen ouvre la voie à une loi sur l’IA

L'Union européenne est parvenue à un accord sur la première loi globale sur l'intelligence artificielle au monde. Selon l'Associated Press, les négociateurs du Parlement européen et des 27 pays membres de l’union ont signé vendredi un accord politique provisoire qui facilitera l'adoption de la loi sur l'intelligence artificielle.

L’OACIQ lance un robot conversationnel pour répondre aux questions du public

L’OACIQ, l'Organisme d'autoréglementation du courtage immobilier du Québec, lance une agente conversationnelle alimentée par l’intelligence artificielle (IA) nommée Élise afin de répondre aux questions du public. Acheteurs, vendeurs et courtiers immobiliers pourront désormais obtenir des réponses à leurs questions en tout temps auprès de l'agente.

Emplois en vedette

Les offres d'emplois proviennent directement des employeurs actifs. Les détails de certaines offres peuvent être soit en français, en anglais ou bilinguqes.