Un accord politique européen ouvre la voie à une loi sur l’IA

L’Union européenne est parvenue à un accord sur la première loi globale sur l’intelligence artificielle au monde.

Selon l’Associated Press, les négociateurs du Parlement européen et des 27 pays membres de l’union ont signé vendredi un accord politique provisoire qui facilitera l’adoption de la loi sur l’intelligence artificielle.

Le Parlement européen doit encore approuver la législation, mais avec l’accord de consensus de vendredi, cela semble être une formalité.

Dans un communiqué, le service de presse du Parlement européen a déclaré que le texte convenu devra être formellement adopté par le Parlement et le Conseil de l’UE pour devenir une loi européenne. Les commissions du marché intérieur et des libertés civiles du Parlement voteront sur l’accord lors d’une prochaine réunion.

Une fois votée et publiée au Journal officiel de l’UE, la plupart de ses dispositions entreront en vigueur deux ans plus tard, à l’exception de certaines dispositions spécifiques : les interdictions s’appliqueront après six mois, tandis que les règles sur l’IA à usage général s’appliqueront après 12 mois.

Une loi européenne n’affecterait pas uniquement les pays membres de l’Union européenne. Toute entreprise dans le monde qui collecte des données personnelles de résidents européens et utilise un système d’IA générative pour traiter les données devrait respecter ses réglementations.

Pendant ce temps, le projet canadien de loi sur l’intelligence artificielle et les données (LIAD) est toujours devant le comité de l’industrie de la Chambre des communes. En l’absence de législation fédérale, les États-Unis s’appuient sur un décret émis par le président Joe Biden pour guider l’IA.

Après l’annonce de l’accord européen, le corapporteur Brando Benifei, membre italien du Parlement européen, a déclaré que « cela a été long et intense, mais l’effort en valait la peine. Grâce à la résilience du Parlement européen, la première législation horizontale au monde sur l’intelligence artificielle tiendra la promesse européenne : garantir que les droits et libertés soient au centre du développement de cette technologie révolutionnaire. Une mise en œuvre correcte sera essentielle – le Parlement continuera à surveiller de près, pour garantir le soutien aux nouvelles idées commerciales avec des bacs à sable et des règles efficaces pour les modèles les plus puissants ».

Le corapporteur Dragos Tudorache, député européen roumain, a déclaré que « l’UE est la première au monde à mettre en place une réglementation solide sur l’IA, guidant son développement et son évolution dans une direction centrée sur l’humain. La loi sur l’IA fixe des règles pour les modèles d’IA de grande envergure et puissants, garantissant qu’ils ne présentent pas de risques systémiques pour l’Union et offre de solides garanties à nos citoyens et à nos démocraties contre tout abus de la technologie par les autorités publiques. Il protège nos PME, renforce notre capacité à innover et à devenir leader dans le domaine de l’IA, et protège les secteurs vulnérables de notre économie. L’Union européenne a apporté des contributions impressionnantes au monde ; la loi sur l’IA en est une autre qui aura un impact significatif sur notre avenir numérique ».

La loi interdit :

  • Les systèmes de catégorisation biométrique qui utilisent des caractéristiques sensibles (par exemple, convictions politiques, religieuses, philosophiques, orientation sexuelle, race).
  • La récupération non ciblée d’images faciales provenant d’Internet ou de séquences de vidéosurveillance pour créer des bases de données de reconnaissance faciale.
  • La reconnaissance des émotions sur le lieu de travail et dans les établissements d’enseignement.
  • La notation sociale basée sur le comportement social ou les caractéristiques personnelles.
  • Les systèmes d’IA qui manipulent le comportement humain pour contourner leur libre arbitre.
  • L’IA utilisée pour exploiter les vulnérabilités des personnes (en raison de leur âge, de leur handicap, de leur situation sociale ou économique).

Selon le service de presse du Parlement européen, les négociateurs se sont mis d’accord sur une série de garanties et d’exceptions étroites pour l’utilisation de systèmes d’identification biométrique (SIB) dans les espaces accessibles au public à des fins répressives, sous réserve d’une autorisation judiciaire préalable et pour des listes de délits strictement définies. Un SIB « post-remote » pourrait être utilisé strictement dans le cadre de la recherche ciblée d’une personne reconnue coupable ou soupçonnée d’avoir commis un crime grave.

Les SIB « en temps réel » respecteraient des conditions strictes, et son utilisation serait limitée dans le temps et dans l’espace, aux fins de :

  • Recherches ciblées de victimes (enlèvement, traite, exploitation sexuelle).
  • Prévention d’une menace terroriste spécifique et actuelle.
  • Localisation ou identification d’une personne soupçonnée d’avoir commis l’un des crimes spécifiques mentionnés dans le règlement (par exemple terrorisme, trafic, exploitation sexuelle, meurtre, enlèvement, viol, vol à main armée, participation à une organisation criminelle, criminalité environnementale).

Pour les systèmes d’IA classés à haut risque (en raison de leurs dommages potentiels importants à la santé, à la sécurité, aux droits fondamentaux, à l’environnement, à la démocratie et à l’État de droit), des obligations claires ont été convenues.

Les députés ont réussi à inclure une analyse d’impact obligatoire sur les droits fondamentaux, entre autres exigences, applicables également aux secteurs de l’assurance et des banques. Les systèmes d’IA utilisés pour influencer le résultat des élections et le comportement des électeurs sont également classés comme à haut risque. Les citoyens auront le droit de déposer des plaintes concernant les systèmes d’IA et de recevoir des explications sur les décisions basées sur des systèmes d’IA à haut risque qui ont un impact sur leurs droits.

L’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois.

Howard Solomon
Howard Solomon
Actuellement rédacteur pigiste, Howard est l'ancien rédacteur en chef de ITWorldCanada.com et de Computing Canada. Journaliste informatique depuis 1997, il a écrit pour plusieurs publications sœurs d'ITWC, notamment ITBusiness.ca et Computer Dealer News. Avant cela, il était journaliste au Calgary Herald et au Brampton Daily Times en Ontario. Il peut être contacté à [email protected].

Articles connexes

Intel se lance dans l’aventure avec de nouvelles offres centrées sur l’IA

Le lancement d'un produit majeur par Intel Corp. jeudi dernier a prouvé que l'organisation est clairement en plein essor, affirme Denis Gaudreault, directeur national d'Intel Canada, ajoutant qu'il espère que dans quelques années, « les gens écriront des livres sur notre redressement ».

Les protecteurs canadiens de la vie privée publient des principes pour le développement responsable de l’IA

Dans la foulée des directives de cybersécurité pour les systèmes d’IA générative publiées par le gouvernement fédéral, les régulateurs fédéraux, provinciaux et territoriaux de la protection de la vie privée du Canada ont publié leur propre ensemble de lignes directrices liées à la confidentialité.

Lancement de Coveo Relevance Generative Answering

Coveo, un fournisseur montréalais de plateformes d'IA d'entreprise, lance Coveo Relevance Generative Answering, une solution basée sur l’IA qui peut générer des réponses aux requêtes complexes des utilisateurs en tirant parti des grands modèles de langage (GML).

L’OACIQ lance un robot conversationnel pour répondre aux questions du public

L’OACIQ, l'Organisme d'autoréglementation du courtage immobilier du Québec, lance une agente conversationnelle alimentée par l’intelligence artificielle (IA) nommée Élise afin de répondre aux questions du public. Acheteurs, vendeurs et courtiers immobiliers pourront désormais obtenir des réponses à leurs questions en tout temps auprès de l'agente.

Adastra lance un centre d’innovation en IA à Montréal

Adastra, un fournisseur mondial de solutions de données et d'analyse, annonce le lancement à Montréal d'un centre mondial d'innovation en IA afin d’accélérer le développement et l'adoption de solutions d'affaires basées sur l'IA, en utilisant des solutions de Microsoft telles que Microsoft Azure OpenAI Service.

Emplois en vedette

Les offres d'emplois proviennent directement des employeurs actifs. Les détails de certaines offres peuvent être soit en français, en anglais ou bilinguqes.