Plus du quart des employés québécois utilisent l’IA générative au travail, selon une enquête

Un récent sondage de KPMG au Canada sur l’adoption de l’IA générative révèle que plus du quart des employés du Québec utilisent des outils d’intelligence artificielle (IA) générative pour les aider dans leurs tâches professionnelles. Il s’agit de l’un des taux d’adoption les plus élevés du pays.

L’enquête a été effectuée auprès de 879 Québécois employés à qui on demandait s’ils utilisaient des outils d’IA générative au travail. Vingt-six pour cent d’entre eux ont indiqué être des utilisateurs, soit quatre points de pourcentage de plus que la moyenne nationale. Parmi eux, les deux tiers utilisent fréquemment des outils d’IA générative, 43 % utilisent cette technologie plusieurs fois par semaine et 22 % l’utilisent quotidiennement.

Parmi les multiples utilisations de l’IA générative par les travailleurs québécois on retrouve principalement la recherche (pour 48 % des répondants), la génération d’idées (42 %) et la création de présentations (30 %).

David Marotte, responsable pour la région Québec des données et de l’intelligence artificielle chez KPMG au Canada explique que « le fait que plus du quart des Québécois utilisent l’IA générative au travail – et que plus d’un Québécois sur cinq l’utilise chaque jour – témoigne du bon développement de l’écosystème d’IA au Québec, lequel, à bien des égards, montre la voie au pays. Cette technologie a été mise à la disposition du grand public il y a à peine un an, mais elle est déjà devenue un outil précieux pour de nombreux professionnels au Québec ».

L’enquête nous apprend également que 76 % des employés québécois indiquent que leur employeur sait qu’ils utilisent l’IA générative au travail, contre 77 % à l’échelle nationale. Par ailleurs, les trois quarts affirment que l’utilisation de l’IA générative est essentielle pour s’acquitter de leur charge de travail et près de la moitié (49 %) disent qu’ils vérifient systématiquement l’exactitude des informations produites par l’IA générative. Finalement 76 % affirment que l’utilisation d’outils d’IA générative leur a permis d’entreprendre des tâches supplémentaires qu’ils n’auraient pas eu autrement la capacité d’entreprendre.

D’autre part, KPMG a créé le tout premier indice d’adoption de l’IA générative au Canada, afin de mesurer l’intensité avec laquelle les Canadiens utilisent les outils d’IA générative au travail, ainsi que de comprendre et d’analyser les risques et les avantages de la technologie pour les organisations et la société. L’indice national se situe donc à 14,6 celui du Québec à 17,8. Un indice à 100 indique une adoption de masse.

Quant aux bienfaits de l’IA générative, les répondants du Québec affirment que la technologie les aide à devenir plus productifs et plus efficaces. Soixante-et-un pour cent disent économiser entre une et cinq heures par semaine grâce à l’utilisation de l’IA générative pour leurs tâches de travail, et 12 % disent qu’elle leur fait économiser plus de six heures par semaine.

Tout n’est cependant pas rose et les employés adoptent des comportements à risque lorsqu’ils utilisent des plateformes d’IA générative, révèle l’enquête. Ainsi, 17 % admettent avoir entré des données financières privées au sujet de leur employeur à la suite d’invites utilisateur tandis que 14 % ont entré d’autres informations sensibles comme les données sur la chaîne d’approvisionnement et les ressources humaines à la suite d’invites.

« Les employés qui entrent des renseignements de nature exclusive sur leur entreprise dans des outils d’IA générative mettent leur employeur en danger parce que ces plateformes utilisent les données des utilisateurs pour former leurs systèmes. Bien qu’on ne sache pas exactement comment les systèmes d’IA générative utilisent les informations recueillies à partir d’invites, cela crée un risque de fuite de données et peut mener à des cyberattaques et à de la fraude », a expliqué M. Marotte.

Renaud Larue Langlois
Renaud Larue Langlois
Un peu journaliste, un peu gestionnaire TI, totalement passionné de technologie. Après plus de 25 ans dans le domaine des TI, devenir rédacteur était tout naturel pour Renaud. C'est réellement une affaire de famille. Ses champs d'intérêt sont… tout, en autant que ça concerne la technologie. On peut le joindre à [email protected].

Articles connexes

Intel se lance dans l’aventure avec de nouvelles offres centrées sur l’IA

Le lancement d'un produit majeur par Intel Corp. jeudi dernier a prouvé que l'organisation est clairement en plein essor, affirme Denis Gaudreault, directeur national d'Intel Canada, ajoutant qu'il espère que dans quelques années, « les gens écriront des livres sur notre redressement ».

Les protecteurs canadiens de la vie privée publient des principes pour le développement responsable de l’IA

Dans la foulée des directives de cybersécurité pour les systèmes d’IA générative publiées par le gouvernement fédéral, les régulateurs fédéraux, provinciaux et territoriaux de la protection de la vie privée du Canada ont publié leur propre ensemble de lignes directrices liées à la confidentialité.

Lancement de Coveo Relevance Generative Answering

Coveo, un fournisseur montréalais de plateformes d'IA d'entreprise, lance Coveo Relevance Generative Answering, une solution basée sur l’IA qui peut générer des réponses aux requêtes complexes des utilisateurs en tirant parti des grands modèles de langage (GML).

Un accord politique européen ouvre la voie à une loi sur l’IA

L'Union européenne est parvenue à un accord sur la première loi globale sur l'intelligence artificielle au monde. Selon l'Associated Press, les négociateurs du Parlement européen et des 27 pays membres de l’union ont signé vendredi un accord politique provisoire qui facilitera l'adoption de la loi sur l'intelligence artificielle.

Les entreprises canadiennes de taille moyenne paient en moyenne 1,13 million de dollars aux gangs de rançongiciels

Le paiement moyen de rançongiciel effectué par les entreprises canadiennes de taille moyenne s'élevait cette année à un peu plus d'un million de dollars, selon une nouvelle enquête.

Emplois en vedette

Les offres d'emplois proviennent directement des employeurs actifs. Les détails de certaines offres peuvent être soit en français, en anglais ou bilinguqes.