Réduire le changement climatique grâce à des technologies numériques comporte des risques

Des gains d’atténuation du changement climatique permis par des technologies numériques peuvent être réduits ou contrebalancés par la croissance de la demande de biens et services en raison de l’utilisation d’appareils numériques, entre autres.

Source : da-kuk / Getty

Selon le plus récent rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), des technologies numériques peuvent contribuer à atténuer le changement climatique et à atteindre des objectifs de développement durable.

Par exemple, l’Internet des objets, la robotique et l’intelligence artificielle peuvent améliorer la gestion de l’énergie dans tous les secteurs, accroître l’efficacité énergétique et favoriser l’adoption de technologies moins polluantes, selon le GIEC.

Cependant, le GIEC affirme aussi que la transition numérique peut impliquer des revers de la médaille en matière d’objectifs de développement durable.

Par exemple, elle peut accroître les déchets électroniques, exacerber le fossé numérique existant et avoir des impacts négatifs sur les marchés du travail.

De plus, le rythme d’adoption de technologies à plus faibles émissions n’est pas uniforme dans tous les pays, en raison d’écarts dans l’accès à du financement, à des capacités de développement local et à des transferts de connaissances, ainsi que dans la dépendance à l’égard de connaissances et de fournisseurs étrangers.

« La technologie numérique ne soutient la décarbonation que si elle est régie de manière appropriée », ajoute le GIEC.

Lire aussi :

La responsabilité sociale ne peut pas attendre la technologie idéale, selon EY

Climat : l’industrie de l’IA se propose comme solution

L’aluminium « sans carbone » bientôt dans ton téléphone

Articles connexes

Tech Shuk récompense les innovateurs en matière de changement climatique

Les 500 personnes assistant au Tech Shuk à Montréal pourraient très bien avoir été les premières à voir publiquement la prochaine grande innovation qui pourrait changer la planète pour le mieux.

Les dessous des déchets électroniques

On pense rarement à l'immense quantité de ressources nécessaires pour donner vie à un gadget. Il a été estimé qu'il faut au moins 1,5 tonne d'eau, 48 livres de produits chimiques et 530 livres de combustible fossile pour produire un ordinateur et un écran cathodique.

Balado Hashtag Tendances, 7 avril 2022 — Elon Musk administrateur de Twitter; Rapport du GIEC; et plus

Balado Hashtag Tendances, 7 avril 2022 — Musk administrateur de Twitter; Rapport du GIEC; la durée de vie des appareils au menu de l'UE; et plus.

Centre de défense des infrastructures essentielles Siemens à Fredericton

L'entreprise Siemens s’est engagée à accroître ses capacités de cybersécurité à Fredericton au Nouveau-Brunswick, par l'entremise d'investissements dans un Centre de défense des infrastructures essentielles.

La Caisse de dépôt mise sur la numérisation de l’économie

Les stratégies de la Caisse de dépôt et placement du Québec tiennent compte de la numérisation de l’économie et de la transition climatique.