Québec : plus de pouvoir au dirigeant principal de l’information

Le gouvernement du Québec soutient que sa stratégie en TI doit permettre de revoir la gouvernance des TI et de gérer « plus efficacement » les talents.Logo du gouvernement du Québec

Le gouvernement du Québec a dévoilé le 19 juin dernier sa stratégie gouvernementale en technologies de l’information (TI), grâce à laquelle il affirme prévoir « rénover l’État ».

Plus de pouvoir au DPI
Dans le cadre de cette stratégie, « la capacité d’action du dirigeant principal de l’information (DPI), qui est chargé de mettre en œuvre les politiques et les directives, d’en surveiller l’application et d’en coordonner l’exécution, sera renforcée », dit Québec.

Québec ajoute qu’il y aura moins de dirigeants sectoriels de l’information et que ceux qui resteront siégeront au comité de gouvernance piloté par le DPI.

Rappelons qu’en octobre 2014, le DPI Jean-Guy Lemieux a démissionné en raison d’apparences de conflits d’intérêts. Son frère est vice-président de la firme québécoise de services-conseils Groupe CGI, qui exécute fréquemment des contrats en TI pour l’administration gouvernementale québécoise.

« Bons investissements »
Québec explique que « les technologies de l’information doivent être gérées dans le souci de prioriser les bons investissements ». Également, le gouvernement du Québec ajoute que « coordonner centralement les investissements et exercer un meilleur contrôle sur l’exécution des projets majeurs » font partie de ses objectifs de gouvernance des TI.

Recours moins systématique à l’externe
Québec affirme croire que l’État « doit trouver le bon équilibre entre le recours aux ressources externes et son expertise à l’interne », ainsi que « s’assurer de prendre des décisions éclairées en matière de recours à l’externe ».

De plus, le gouvernement du Québec soutient penser que l’encadrement de ressources externes « parfois trop coûteuses » implique le rehaussement de l’expertise interne.

Cependant, au-delà des mots, le Syndicat de professionnel(le)s du gouvernement du Québec (SPGQ) demeure méfiant et se questionne sur la réelle volonté de ce gouvernement libéral d’attirer et de retenir une expertise interne avec des conditions de rémunération conséquentes.

Lire aussi :

Deux visions sur qui devrait accomplir les contrats publics en TI

Contrats publics : début des « échanges » avec des « partenaires de l’État »

Démission du dirigeant principal de l’information au gouvernement du Québec

Articles connexes

Bris de la confidentialité de renseignements personnels de candidats à Québec

Des documents et des fichiers du gouvernement du Québec contenant des renseignements personnels au sujet de 31 540 personnes ont été trouvés sur des supports informatiques externes au domicile d’un employé de la fonction publique.

Québec veut plus de numérique en éducation

Un montant de 10,6 millions de dollars sera utilisé sur deux ans par le gouvernement du Québec pour intégrer plus d'outils numériques de gestion et de prise de décisions au ministère de l’Éducation et au réseau scolaire.

Log4Shell : assouplissement d’une obligation fiscale pour les entreprises

Les entreprises qui ne peuvent avoir accès à des services en ligne de Revenu Québec en raison de la fermeture temporaire des services publics en ligne de l’administration publique du Québec auront droit à l’assouplissement d’une date d’échéance.

Log4Shell : reprise des services numériques de la Ville de Montréal

Les services numériques suspendus temporairement par la Ville de Montréal sont désormais accessibles.

Québec et Montréal ferment des services en ligne en raison de la vulnérabilité Log4Shell

Québec a annoncé dimanche midi avoir fait fermer de manière « préventive » des sites internet et des services en ligne le temps de faire des vérifications liées à une vulnérabilité informatique. La Ville de Montréal a annoncé la même chose dimanche soir.