Projet de logiciel d’automatisation de la détection de tumeurs

Polytechnique Montréal et le Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal développent un concept de logiciel d’analyse automatique d’images médicales.tumeurs, imagerie, médecine

Dans un communiqué conjoint, les deux organisations affirment collaborer dans ce projet de recherche avec l’Institut des algorithmes d’apprentissage de Montréal (MILA) et Imagia.

Des technologies d’intelligence artificielle et apprentissage profond (à partir d’un étalon de référence d’exemples de tumeurs identifiées par des humains) seraient utilisées pour développer cette méthode de reconnaissance, identification et délimitation des tumeurs dans des images.

Les chercheurs miseraient notamment sur un « processus d’autoapprentissage qui s’inspire du fonctionnement des neurones du cerveau » et qui « identifie automatiquement » des tumeurs. Le logiciel d’identification « par lui-même » des lésions pourrait, d’ici « plusieurs années », être intégré aux outils de visualisation utilisés par les médecins dans « l’analyse avancée de différentes modalités d’imagerie médicale » et « d’anomalies du corps humain ».

Son algorithme de vision par ordinateur et de réseaux de données biomédicales brutes permettrait « d’automatiser des tâches de prétraitement, détection et délimitation d’images qui ne sont pas réalisées actuellement car cela prend trop de temps pour un humain », ainsi que d’éviter de « rater ou détecter à tort des lésions » en raison d’images imparfaites difficiles à analyser par un humain.

Ce projet de développement, qui concerne en particulier mais non exclusivement les tumeurs au foie, aurait débuté en 2015.

Lire aussi :

Partenariat d’intelligence artificielle en traitement de données sur le cancer

L’Institut de cardiologie de Montréal mise sur la chirurgie robotique

Nanotechnologies : des nanorobots contre les tumeurs cancéreuses

Articles connexes

Financement de 20 M$ pour Unito afin de façonner l’avenir de la collaboration numérique au travail

Unito, une entreprise québécoise qui développe des logiciels d'automatisation de workflows, vient de compléter une ronde de financement de 20 M$ menée par la CDPQ. De nouveaux investisseurs dont Rainfall Ventures et Investissement Québec rejoignent les investisseurs existants Bessemer Venture Partners, Tom Williams et Mistral Ventures. Ce financement permettra à Unito de renforcer sa présence croissante sur le marché.

85 % des responsables I&O prévoient augmenter leur niveau d’automatisation

Une récente enquête de Gartner révèle que 85 % des responsables de l'infrastructure et des opérations (I&O) qui ne disposent actuellement d'aucune automatisation complète s'attendent à devenir plus automatisés au cours des 2 à 3 prochaines années.

ServiceNow lance la version San Diego de sa plateforme Now

ServiceNow vient de lancer la version San Diego de sa plateforme Now qui vise à aider les organisations à progresser au-delà de la transformation engendrée par la pandémie en stimulant la productivité, en adaptant l’automation à travers toute l’entreprise et en créant de meilleures expériences pour un monde hybride.

Système de gestion de la consommation d’énergie proposé par Telus et Vecteur

L’entreprise Telus et l’Institut Vecteur misent sur un système d’optimisation énergétique pour réduire les effets des centres de données et des édifices commerciaux sur les changements climatiques et des coûts opérationnels.

Projet de l’INRS en intelligence artificielle appliquée à l’exploration minière

Un projet d’adaptation d’architectures et de techniques d’intelligence artificielle et d’apprentissage des machines à l’exploration minière a obtenu un financement public de 379 000 dollars.