L’AMF crée un groupe de travail sur les Fintech

L’Autorité des marchés financiers (AMF) vient d’annoncer la mise en place d’un groupe de travail sur les Fintech, qui visent à utiliser les TIC pour repenser le secteur des services financiers et bancaires. Ces innovations sont portées par les acteurs existants mais aussi par des starts-ups comme Lendful, qui propose du crédit en ligne.amf

Selon un étude publiée cette année par Ernst and Young, seuls 8,2% des consommateurs canadiens de services numériques ont utilisé au moins deux deux produits des technologies financières au cours six derniers mois précédant l’étude. C’est deux fois moins qu’aux États-Unis (16,5%).

Le groupe de travail de l’AMF a pour mandat d’analyser les innovations technologiques dans le domaine financier et de réfléchir aux enjeux en matière de règlementation et de protection des consommateurs.

Les experts de l’AMF, qui composent ce groupe, devraient notamment échanger avec l’industrie financière et les groupes de consommateurs pour mieux comprendre leurs préoccupations et accompagner adéquatement les intervenants concernés dans le déploiement de leurs modèles d’affaires.

Ensuite, ils devraient livrer des recommandations sur la capacité de la règlementation actuelle à s’adapter à l’évolution des pratiques commerciales, des modèles d’affaires et des technologies financières tout en assurant un équilibre entre la protection des consommateurs et les intérêts du marché.

L’AMF n’est pas la seule à s’intéresser aux Fintech puisque le Bureau de la concurrence a lui aussi décider de se pencher sur la question en lançant le mois dernier une étude de marché pour évaluer l’impact de ces innovations technologiques.

Lire aussi :
La technologie financière sous la loupe du Bureau de la concurrence

Crédit en ligne : un prêteur se compare à Uber et Airbnb

Un mandat chez Desjardins pour Alithya

Articles connexes

Vidéotron appuie Rogers et Shaw dans le litige concernant leur fusion

Vidéotron, une filiale de Québecor, a déposé une requête auprès du Tribunal de la concurrence le 8 juillet pour appuyer la fusion de Rogers et Shaw.

Échec de la médiation entre Rogers, Shaw et le Bureau de la concurrence

Rogers et Shaw n'ont pas réussi à résoudre les problèmes de concurrence lors de leur séance de médiation de deux jours avec le Bureau de la concurrence du Canada.

Rogers et Shaw en médiation avec le Bureau de la concurrence

Rogers et Shaw ont entamé le processus de médiation avec le Bureau de la concurrence du Canada pour tenter de faire avancer la fusion entre deux des plus grands opérateurs de réseau au Canada.

Les fournisseurs d’accès Internet devront bloquer les réseaux zombie

L'organisme de réglementation des télécommunications du Canada créera un mécanisme que les fournisseurs de services Internet devront utiliser pour bloquer les réseaux zombie porteurs de logiciels malveillants.

Le Bureau de la concurrence conclut une entente avec Rogers et Shaw

Le Bureau de la concurrence, qui cherche à bloquer le projet d'acquisition de Shaw par Rogers, une transaction d'une valeur de 26 G$, afin de protéger les Canadiens contre des prix plus élevés, une qualité de service amoindrie et une perte de choix, particulièrement en ce qui a trait aux services sans fil a conclu une entente avec les deux sociétés.