Internet : la Cour d’appel suspend temporairement une ordonnance du CRTC

La Cour d’appel fédérale a suspendu lundi une décision du CRTC visant à obliger les grands fournisseurs de services Internet du Canada à donner à leurs concurrents de plus petite taille accès à leurs réseaux à des tarifs moins coûteux.

Image : Getty

En août dernier, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) avait révisé à la baisse les tarifs de gros pour les concurrents qui accèdent aux réseaux haute vitesse des grandes entreprises de câblodistribution et de téléphonie.

Cette mesure visait à favoriser la concurrence parmi les services Internet à large bande et l’instauration de tarifs abordables pour les consommateurs.

Le 13 septembre, six des plus importants distributeurs de services Internet au pays, dont Rogers et Bell Canada, ont demandé à la Cour d’annuler cette décision du CRTC.

Selon La Presse canadienne, les entreprises ont fait valoir que le CRTC « avait outrepassé ses pouvoirs et commis des erreurs en décidant qu’elles avaient surchargé les fournisseurs de services Internet de petite et moyenne taille au Canada. »

Le juge Yves de Montigny a décidé de suspendre de façon temporaire les nouveaux tarifs de gros du CRTC tant que l’affaire sera devant la Cour d’appel fédérale.

Il a aussi stipulé que si les grands fournisseurs perdent leur recours, ils devront rembourser les montants excédentaires perçus auprès de leurs clients grossistes depuis mars 2016.

Dans sa confirmation de suspension temporaire, le juge écrit que les plus petits fournisseurs de services Internet ne contestent pas la gravité des problèmes soulevés dans l’appel.

« Je suis également convaincu que la mise en œuvre de l’ordonnance du CRTC pourrait entraîner une distorsion permanente du marché, à laquelle il pourrait être extrêmement difficile de remédier par la suite », indique-t-il.

Il conclut que « la balance des inconvénients favorise le statu quo » jusqu’à ce que l’appel soit entendu.

Lire aussi :

Télécommunications : niveau inacceptable de pratiques de vente agressives, selon le CRTC

Télécoms : écarts entre services demandés et services vendus

Sans fil : plaintes courantes à la CPRST sur les frais d’utilisation excédentaire

Suggestions du CRTC pour un marché intérieur du contenu en ligne

Catherine Morin
Catherine Morin
Éditrice - Direction Informatique

Articles connexes

Telus : 1,5 % de plus pour payer par carte de crédit hors-Québec

Le géant des télécommunications Telus s’est adressé au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) pour obtenir la permission d’ajouter un supplément de 1,5 % aux factures de ses clients qui payent par carte de crédit. S'il est approuvé, ce supplément pourrait être en vigueur dès octobre.

20,5 M$ du CRTC pour l’accès aux services sans fil mobiles et Internet au Manitoba, au Québec et à Terre-Neuve-et-Labrador

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) annonce aujourd’hui dix projets recevront en tout jusqu'à 20,5 millions de dollars en financement dans le cadre du Fonds pour la large bande.

Rogers espère maintenant conclure sa fusion avec Shaw à la fin de l’année

Rogers Communications a repoussé la date de clôture prévue de son acquisition de Shaw Communications pour 26 milliards de dollars canadiens au 31 décembre 2022.

« Des pannes, ça arrive », déclare le président du CRTC

Le chef de l'organisme de réglementation des télécommunications du Canada a déclaré que l'énorme panne de réseau Internet et sans fil de ce mois-ci chez Rogers pourrait entraîner une réglementation accrue de l'industrie, mais a également suggéré que rien ne pouvait être fait par l'organisme de réglementation pour empêcher les interruptions de service.

L’explication publique de la panne de Rogers caviardée

Rogers Communications a déposé une réponse de 39 pages aux questions du régulateur canadien des télécommunications concernant la panne sans précédent de ses réseaux Internet et sans fil, blâmant à nouveau un changement de configuration qui a supprimé un filtre de routage, ce qui a submergé ses routeurs de distribution.