ÉTS : des robots collaboratifs pour contrer la pénurie de main-d’oeuvre

L’École de technologie supérieure de Montréal compte mettre au point des robots collaboratifs pour pallier les besoins de main-d’œuvre des petites et moyennes entreprises.

Image : Getty

De nombreuses petites et moyennes entreprises (PME) canadiennes font face à un manque de personnel, particulièrement en région. Pour le professeur et chercheur Vincent Duchaine, l’une des solutions à cet enjeu consiste à concevoir des robots capables d’accomplir plusieurs tâches répétitives effectuées dans ces organisations.

M. Duchaine est titulaire de la Chaire de recherche industrielle en robotique collaborative, lancée jeudi dernier à l’École de technologie supérieure (ÉTS).

Il dirigera des travaux qui visent à améliorer la force de préhension des robots en recourant à l’intelligence tactile plutôt qu’à l’intelligence artificielle. Ces automates pourront éventuellement exécuter des tâches plus spécialisées pour mieux répondre aux exigences des entreprises actuelles.

Cette initiative a pour but de pourvoir les postes pour lesquels il n’y a pas de main-d’oeuvre disponible, tout en permettant aux employés qui effectuent des tâches répétitives de se concentrer sur des activités à valeur ajoutée.

« Les robots qui sont apparus sur le marché il y a une dizaine d’années possèdent des caractéristiques techniques qui se rapprochent des besoins des PME : ils sont simples à programmer, ils travaillent en synergie avec les humains tout en étant sécuritaires, mais il reste encore quelques défis à résoudre pour qu’ils entrent massivement dans nos PME », a expliqué Vincent Duchaine par communiqué.

Par exemple, les robots parviennent difficilement à appliquer une force contrôlée pour assembler des pièces. Leur capacité de préhension doit aussi être améliorée pour se rapprocher davantage de celle de l’humain.

Pour permettre aux robots d’exécuter des tâches plus complexes, l’équipe de Vincent Duchaine compte les programmer par démonstration directe à partir de nouveaux algorithmes d’apprentissage.

Plus de 30 étudiants des cycles supérieurs de l’ÉTS participeront aux recherches de la chaire.

En travaillant à résoudre les problèmes de la robotique collaborative en milieu industriel, l’ÉTS espère aider les entreprises canadiennes à augmenter leur productivité et à se démarquer dans un marché de plus en plus mondialisé.

Lire aussi :

Un réseau 5G testé à partir du toit de l’ÉTS à Montréal

BrainBox AI mise sur l’automatisation des bâtiments commerciaux

Projet de valets-robots de stationnement à l’aéroport Gatwick en Angleterre

Formation universitaire en robotique manufacturière

Catherine Morin
Catherine Morin
Éditrice - Direction Informatique

Articles connexes

Le Centech parmi les 10 meilleurs incubateurs d’entreprises universitaires selon UBI Global

Le Centech, un incubateur universitaire affilié à l'École de technologie supérieure (ÉTS) de Montréal figure au Top 10 des incubateurs d'entreprises universitaires les plus performants au monde selon le classement UBI Global.

L’Université de Waterloo dirigera un consortium pour faire progresser la sécurité et la défense du Canada

L’Université de Waterloo annonçait hier la création d’un consortium de technologie de réseau mobile 5G et au-delà pour aider à développer des réseaux mobiles 5G et à améliorer la sécurité et la défense du Canada. 

Aide fédérale de 4 M$ à l’ÉTS pour l’innovation et le transfert technologique

Pascale St‑Onge, ministre des Sports et ministre responsable de Développement économique Canada pour le Québec, annonce aujourd'hui une contribution non remboursable de 3,76 M$ à l’École de technologie supérieure (ÉTS). Ce soutien vise l'acquisition d'équipements de pointe qui permettront d'améliorer la capacité des entreprises à innover par le biais de transferts technologiques.

Partenariat entre Centech et Bell pour stimuler l’innovation

Bell annonce aujourd'hui un partenariat stratégique de trois ans avec le centre d'innovation montréalais, Centech, un écosystème qui propulse des projets d'innovation et d'entrepreneuriat technologiques issus des sciences et du génie.

Financement de 20 M$ pour Unito afin de façonner l’avenir de la collaboration numérique au travail

Unito, une entreprise québécoise qui développe des logiciels d'automatisation de workflows, vient de compléter une ronde de financement de 20 M$ menée par la CDPQ. De nouveaux investisseurs dont Rainfall Ventures et Investissement Québec rejoignent les investisseurs existants Bessemer Venture Partners, Tom Williams et Mistral Ventures. Ce financement permettra à Unito de renforcer sa présence croissante sur le marché.