EBR exclue des contrats publics en informatique, IBM encore réévaluée

L’Autorité des marchés financiers révoque l’autorisation de conclure des contrats et sous-contrats publics qui était accordée à l’entreprise Informatique EBR, tandis que la réévaluation du dossier d’IBM Canada se poursuit.Autorité des marchés financiers (AMF)

L’Autorité des marchés financiers (AMF), qui est l’organisme de réglementation et d’encadrement des marchés financiers au Québec, affirme procéder à cette révocation immédiate dans la foulée des arrestations effectuées le 11 mars 2015 par l’Unité permanente anticorruption (UPAC) et sur la base d’éléments nouveaux qu’elle ne détenait pas au moment d’accorder les autorisations.

« Dès que ces arrestations ont été effectuées, l’AMF a immédiatement entrepris la réévaluation des autorisations accordées aux deux entreprises visées par les arrestations, c’est-à-dire Informatique EBR et IBM Canada », soutient l’AMF, qui ajoute que la réévaluation du dossier d’IBM Canada « se poursuit ».

L’AMF explique avoir demandé des renseignements supplémentaires à IBM Canada sur le rôle des personnes arrêtées « afin d’évaluer l’existence ou non de motifs de révocation ». De plus, l’AMF précise « qu’au moment où elle avait accordé les autorisations aux entreprises Informatique EBR et IBM Canada, elle ne disposait d’aucun élément relatif aux individus arrêtés ultérieurement par l’UPAC qui aurait été de nature à affecter sa décision ».

Lire aussi :

Contrat public en informatique : l’UPAC vise un consortium IBM-EBR

Contrats publics en informatique : IBM défend son éthique des affaires

Contrat public en informatique : EBR « sous le choc »

FACIL veut une enquête publique sur les contrats publics en informatique

Articles connexes

Signalements de tentatives de fraude impliquant des cryptoactifs en hausse

L’Autorité des marchés financiers du Québec affirme avoir reçu en 2021 neuf fois plus de signalements de tentatives de fraude impliquant des cryptoactifs qu’en 2020.

Arrestations au Nigeria pour compromission de courriels

La police du Nigeria a arrêté des suspects qui feraient partie d’un gang mondial de compromission des courriels commerciaux.

L’AMF se penche sur l’IA dans l’industrie financière

Les institutions financières qui proposent des produits et services financiers basés sur des systèmes d’intelligence artificielle doivent se tenir prêtes à faire face à des risques éthiques, juridiques et pour leur réputation, rappelle l’AMF.

Technologies financières : création de la Chaire de recherche AMF-Finance Montréal

Finance Montréal et l’Autorité des marchés financiers lancent une initiative de recherche en technologie financière à l’Université du Québec à Montréal.

Sous-utilisation de jeux de données disponibles pour l’IA, selon Element AI

Des entreprises de développement plus scrupuleuses sous-utiliseraient des jeux de données rendus disponibles pour être appliqués à des projets liés à l'intelligence artificielle, en raison d'une ambiguïté juridique sur leur utilisation.