Commerce électronique : des PME canadiennes manquent de ressources

Des PME canadiennes tarderaient à se lancer dans le commerce électronique même si 81 % d’entre elles seraient conscientes que les communications mobiles et numériques pourraient être essentielles à leur croissance.Illustration du concept du commerce électronique

Selon la cinquième édition annuelle du sondage en ligne Les défis des petites entreprises de l’entreprise de logistique UPS, un répondant sur cinq, soit 21 %, déclare en 2015 ne faire aucune affaires sur Internet, un chiffre qui reste stable par rapport à 2014.

Pour expliquer ce décalage, la moitié des PME convaincues de l’importance du cybercommerce citent « l’incapacité à exploiter une plateforme en ligne, tout en assurant un service à la clientèle constant et de qualité » comme principale obstacle à leur développement sur Internet.

Pour 39 % des entreprises interrogées, assurer la gestion et la coordination harmonieuse de la chaine d’approvisionnement et du système de livraison est également un frein. C’est 10 % de plus qu’en 2014, qui avait déjà enregistré une hausse de 30 % par rapport à 2013.

« Depuis l’année dernière, la croissance des ventes en ligne, tant sur le plan du commerce avec les particuliers que celui du commerce interentreprises, démontre que les consommateurs s’attendent à ce que les fournisseurs proposent des solutions de commerce électronique », a déclaré, par communiqué, Mark Tabor, vice-président au marketing chez UPS Canada.

Lire aussi :

Commerce électronique : des détaillants québécois en retard

Confection d’une place de marché de commerce électronique d’ici

Débat : sommes-nous des copieurs ou des génies en commerce électronique?

Articles connexes

Financement de 30 M$ pour Amilia afin d’accélérer la transformation numérique du secteur récréatif

Amilia, une entreprise technologique montréalaise fondée en 2009 œuvrant dans le secteur du commerce électronique pour les activités récréatives, annonce un nouvel investissement de 30 millions de dollars du Fond de croissance des entreprises du Canada (FCEC), d'Exportation et développement du Canada (EDC) et d'Investissement Québec (IQ). 

BlackBerry QNX OS obtient une autre certification de sécurité critique

BlackBerry annonce  que son système QNX OS for Safety 2.2 sera certifié au niveau 4 d'intégrité de sécurité, le niveau le plus élevé de la norme de sécurité EN 50125 établie par le Comité européen de normalisation en électronique et en électrotechnique (CENELEC).

Shopify fractionne son action ordinaire en 10 actions

Shopify a annoncé hier un fractionnement 10 pour 1 de ses actions de classe A et de classe B, sous réserve de l'approbation des actionnaires.

L’industrie de la restauration du Canada aura son premier marché dans le métavers

Restaurants Canada, une association sans but lucratif qui vise à accroître le potentiel de l’industrie de la restauration grâce à des programmes destinés aux membres, la recherche, la défense des intérêts, des ressources et des événements, développe un marché dans le métavers pour son industrie.

Institut d’IA appliquée à l’Université Concordia

Un institut d’intelligence artificielle appliquée a été lancé par l’Université Concordia à Montréal.