Économie sociale : un usage encore timide du numérique


Fanny Bourel - 19/07/2017

Le CEFRIO a publié un portrait de l’utilisation des technologies numériques par les entreprises d’économie sociale, dont le nombre avoisine les 7 000 au Québec. Ce rapport souligne le potentiel du numérique pour répondre aux particularités du secteur de l’économie sociale, notamment en termes de gouvernance démocratique et de mobilisation des communautés.Logo du CEFRIO

Le document d’une centaine de pages dresse un portrait statistique grâce à une enquête réalisée auprès de 400 coopératives et OBNL du Québec. Si 94 % d’entre eux se servent de suites bureautiques, seulement 14 % des organisations ont recours à des progiciels de type ERP et 22 % d’entre elles utilisent des outils d’analyse web. Les logiciels d’analyse de données de type big data sont présents dans 6 % des organisations de l’économie sociale.

Si 65 % d’entre elles ont un site web informationnel et 71 % d’entre elles sont actives sur les réseaux sociaux, la proportion de coopératives et d’OBNL à avoir un site adapté au mobile et à disposer d’un site transactionnel descend respectivement à 30 % et à 23 %.

Plus de la moitié des répondants se sont déclarés convaincus qu’un usage plus important du numérique est essentiel à la croissance de leur organisation. Cependant, seuls 46 % d’entre eux estiment que leur organisation détient les compétences nécessaires pour y parvenir. Et, pour 52 % des répondants, elle n’a pas les ressources financières nécessaires pour développer l’usage du numérique.

Lire aussi :
Information : près de 70 % des Québécois se tournent vers Internet

Divertissement en ligne : les jeunes prennent les devants




Tags: , , , , , , , , , , , ,