Slack peu inquiète de la croissance de Microsoft Teams

Le PDG de Slack se montre peu inquiet de la croissance rapide de son concurrent Microsoft Teams.

slack logo

Microsoft a annoncé la semaine dernière que plus de 13 millions de personnes utilisent maintenant son application de messagerie collaborative Microsoft Teams. Ce jalon indique que le logiciel est en train de prendre le dessus sur son principal concurrent Slack, qui comptait 10 millions d’utilisateurs par jour en janvier.

Bien qu’il s’agisse d’une nouvelle significative, le nombre d’utilisateurs actifs ne révèle pas tout du succès d’une application.

Le fondateur et PDG de Slack, Stewart Butterfield, se dit peu inquiet de la croissance rapide de Teams. Lors d’une conférence relayée par CNBC mardi, il a précisé qu’étant donné que cette progression découle de la distribution plus large d’Office 365, elle ne constitue pas une menace.

Comme le précisait le site The Verge lundi, la croissance de Teams s’explique en partie par le fait que Microsoft fournisse l’application avec les abonnements Office 365 pour les entreprises. Les utilisateurs obtiennent automatiquement l’outil et n’ont donc pas à télécharger de programmes similaires.

Le patron de Slack compare la distribution de Teams à celle du moteur de recherche Bing. Bien que Microsoft ait tenté de l’imposer via son navigateur Internet Explorer, peu d’utilisateurs l’ont adopté. M. Butterfield rappelle aussi que malgré tous ses efforts, Google n’a jamais réussi à populariser suffisamment son réseau social Google+.

La concurrence devient une menace lorsqu’elle se base sur l’expérience client, et non sur le nombre d’utilisateurs actifs, selon M. Butterfield.

L’application Slack est d’ailleurs reconnue pour son interface intuitive et son souci de faciliter l’expérience utilisateur. Bien que Microsoft Teams fonctionne étroitement avec les outils Office et le service infonuagique de Microsoft, Slack propose beaucoup plus d’intégrations avec des applications tierces, selon The Verge. Les fonctionnalités vidéo et audio de Teams s’avèrent toutefois supérieures.

Ces légères différences entre les deux outils de messagerie collaborative montrent qu’elles s’adressent à des clientèles distinctes, explique The Verge. Alors que beaucoup de grandes entreprises ont adopté les services de Microsoft, Slack a convaincu de nombreuses jeunes pousses et PME d’utiliser son application.

Lire aussi :

Microsoft Teams en voie de dépasser Slack?

Des applications interdites aux employés de Microsoft

Messagerie : acquisition de Smooch par Zendesk

Catherine Morin
Catherine Morin
Éditrice - Direction Informatique

Articles connexes

Québecor donne 1 M$ à la Chaire en expérience utilisateur de HEC Montréal

Québecor et sa cellule d'entrepreneuriat innovant asterX lancent un partenariat avec HEC Montréal pour aider des entreprises en démarrage au Québec dans leur stratégie numérique. La Chaire de recherche en expérience utilisateur (Chaire UX) de l'École bénéficiera donc d’un don d'un million de dollars de l'entreprise québécoise. 

Le Québec a besoin de plus de superordinateurs, selon le Forum IA Québec

Augmenter le nombre de superordinateurs à la disposition des chercheurs en intelligence artificielle permettrait au Québec de devenir encore plus concurrentiel en cette matière, selon le Forum IA Québec.

Un transfert de licences de Shaw vers Rogers nuirait à la concurrence, selon le fédéral

Rogers n'obtiendra pas les licences de services sans fil de Shaw, a déclaré le ministre fédéral de l'Innovation, François-Philippe Champagne.

Agents conversationnels : Botpress revient sur 2021

Selon Botpress, une entreprise en démarrage basée à Québec qui développe une plateforme à code source ouvert de création d’agents conversationnels, l’utilisation de sa plateforme a doublé en 2021.

Systèmes intelligents : Mirametrix acquise par Lattice

L'entreprise de logiciels basée à Montréal Mirametrix a été acquise par l'entreprise américaine de logiciels et de matériel Lattice.