Québecor donne 1 M$ à la Chaire en expérience utilisateur de HEC Montréal

Québecor et sa cellule d’entrepreneuriat innovant asterX lancent un partenariat avec HEC Montréal pour aider des entreprises en démarrage au Québec dans leur stratégie numérique. La Chaire de recherche en expérience utilisateur (Chaire UX) de l’École bénéficiera donc d’un don d’un million de dollars de l’entreprise québécoise. Quebecor, Québecor

Ce financement lui permettra, au cours des dix prochaines années d’accompagner une centaine d’entrepreneures et entrepreneurs dans le cadre du Programme asterX Québecor d’entrepreneuriat numérique.

Le programme sera géré par la Chaire UX qui est propulsée par le Tech3Lab de HEC Montréal. Celle-ci a pour mission d’acquérir une compréhension approfondie, de compiler des mesures précises de l’UX ainsi que de créer des innovations technologiques nécessaires pour accélérer et enrichir la recherche en UX dans le but d’aider les entreprises canadiennes à se mesurer à leurs concurrentes, et ce, à l’échelle mondiale. 

« Grâce au don de Québecor, nous serons en mesure de faire profiter aux entrepreneures et entrepreneurs d’ici, les récentes avancées scientifiques dans le domaine, développées au sein de la Chaire de recherche UX en collaboration avec des organisations comme Vidéotron. Nous pourrons nous appuyer sur notre infrastructure de recherche de pointe; parmi laquelle de nouveaux équipements seront déployés dans le nouvel édifice de HEC Montréal au centre-ville qui ouvrira à l’automne 2022 », indique Pierre-Majorique Léger, titulaire de la Chaire UX de HEC Montréal et professeur titulaire au département de technologies de l’information dans un communiqué.

Le programme permettra annuellement à une dizaine d’entreprises en démarrage locales d’être accompagnées, sans frais, afin de tester et améliorer l’expérience utilisateur offerte par leurs produits et/ou services numériques qu’elles développent et commercialisent.

 « Animés par nos racines entrepreneuriales, nous avons à cœur de propulser les entrepreneures et entrepreneurs en leur donnant les moyens de stimuler l’innovation dans des secteurs qui, comme l’industrie numérique, contribuent à faire avancer notre société. Ce partenariat entre Québecor et HEC Montréal vient solidifier les liens que nous avons avec la Chaire UX dont Vidéotron est déjà membre. Il s’agit donc pour nous d’une alliance naturelle qui favorisera le succès d’entreprises d’ici et leur rayonnement au-delà du Québec », a déclaré Pierre Karl Péladeau, président et chef de la direction de Québecor.

Lire aussi :

Rogers et Shaw s’entendent pour céder Freedom Mobile à Québecor

Billdr financée par Québecor et des actionnaires de Shopify et Uber

Chaire de recherche HEC Montréal en expérience utilisateur

Renaud Larue Langlois
Renaud Larue Langlois
Un peu journaliste, un peu gestionnaire TI, totalement passionné de technologie. Après plus de 25 ans dans le domaine des TI, devenir rédacteur était tout naturel pour Renaud. C'est réellement une affaire de famille. Ses champs d'intérêt sont… tout, en autant que ça concerne la technologie. On peut le joindre à [email protected]

Articles connexes

La date limite pour la fusion Rogers-Shaw reportée au 17 février

Rogers, Shaw et Québecor ont annoncé ce matin dans une déclaration conjointe que la date limite pour finaliser le projet de fusion Rogers - Shaw et la vente de Freedom Mobile à Québecor a été reportée au 17 février, en attendant l'approbation du ministre de l'Innovation, des Sciences et de l’Industrie, François-Philippe Champagne.

Québécor acquiert des licenses de spectre au Manitoba et au Québec

Poursuivant leur expansion au Canada, Québecor et sa filiale Vidéotron viennent d’investir près de 10 millions de dollars pour l'acquisition de nouvelles licences de spectre au Manitoba dans la bande de 600 MHz et au Québec dans la bande de 3 500 MHz.

La Cour fédérale rejette l’appel du Bureau de la concurrence pour bloquer la fusion Rogers-Shaw

Le Bureau de la concurrence n'a pas réussi à convaincre la Cour d'appel fédérale que la décision du Tribunal de la concurrence en faveur de la fusion Rogers-Shaw était juridiquement erronée ou que cette dernière entraînerait une diminution de la concurrence.

Le Bureau de la concurrence dépose un appel mis à jour et cite des erreurs de droit dans la décision du Tribunal de la...

Selon un reportage du Globe and Mail, le Bureau de la concurrence a déposé un appel mis à jour auprès de la Cour d'appel fédérale vendredi, alléguant deux autres erreurs de droit dans la décision du Tribunal de la concurrence d'approuver le rachat de Shaw par Rogers pour 26 milliards de dollars canadiens.

De nouvelles règles du ministère pour la fusion de Rogers et Shaw alors que le Bureau de la concurrence reste sur sa position

Alors que le ministère de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique (ISDE) du Canada a établi de nouvelles conditions pour la fusion de Rogers et Shaw, le Bureau de la concurrence maintient fermement sa position de bloquer l'accord.