Indice des villes numériques : Toronto en devance 19 autres

Toronto s’est classée 11e sur 30 villes examinées dans le Digital Cities Index (DCI) 2022, un classement inaugural produit par Economist Impact et soutenu par NEC qui est basé sur des conclusions autour de quatre grands thèmes : la connectivité, les services, la culture et la durabilité.Toronto

L’étude, publiée la semaine dernière, a révélé que Copenhague, Amsterdam, Pékin, Londres et Séoul « ont obtenu les meilleurs résultats, avec des projets de données ouvertes réussis et des progrès majeurs dans les projets de durabilité basés sur la technologie intelligente, comme la gestion des services publics ».

Par ailleurs, Copenhague et Singapour étaient les villes les plus connectées, suivies de Zurich, Pékin et Sydney.

Ritu Bhandari, responsable des politiques et des idées chez Economist Impact, a déclaré dans un communiqué que « l’indice met en évidence la façon dont les villes éloignées tirent parti de la technologie pour améliorer la qualité de vie de millions de citoyens à travers le monde ».

« Alors que nous voyons un leadership fort des villes d’Europe occidentale, le tableau est mené par les grandes villes d’une large répartition géographique. Les améliorations significatives ont été apportées par rapport à des objectifs bien définis – un facteur de succès essentiel pour la transformation numérique urbaine. »

Les principales conclusions ont révélé que :

  • Les villes sont prêtes pour la 5G, mais le déploiement doit être complet pour permettre la pleine réalisation des villes intelligentes : les villes du DCI reconnaissent et soutiennent massivement la 5G, toutes sauf une ayant une stratégie en place dans le cadre d’une initiative nationale ou locale.

 

  • Singapour est en tête du « monde des services d’administration en ligne pour les résidents et les entreprises grâce à un programme de carte d’identité numérique mobile nationale et à un portail complet de services d’administration en ligne pour les résidents et les entreprises ».

 

  • Les villes adoptent les avantages du numérique pour la santé : « Le DCI mesure les performances des soins de santé des villes à travers trois indicateurs : la présence et l’adoption de la télésanté et de la télémédecine, les dossiers de santé électroniques et les applications liées à la pandémie. La majorité des villes ont obtenu un score supérieur à 75, ce qui indique une large application des outils de santé numériques pour soutenir le bien-être urbain. »

 

  • Les nations atlantiques sont à la fine pointe de l’innovation en matière de données ouvertes : « Les villes européennes et nord-américaines dominent le DCI en termes de politiques d’accès et d’utilisation des données ouvertes, qui couvrent la publication et l’utilisation des données à des fins de responsabilité, d’innovation et d’impact social. Londres, Toronto, Paris, Dallas, New York et Washington, DC occupent les cinq premières places. »

 

Une critique importante existe autour de ce que les auteurs du rapport décrivent comme le « fossé de la connectivité ». Dans de nombreuses villes du DCI, les niveaux de connectivité sont trop faibles ou limités pour permettre une transformation numérique complète, la moitié des villes obtenant un score inférieur à 70 sur 100. Des services Internet inabordables, peu fiables ou inaccessibles auront un impact sur de nombreux objectifs au niveau de la ville.

Un exemple de cela est Toronto, la seule ville canadienne du DCI, qui a obtenu une note respectable de 70,1 sur 100 pour ses efforts globaux de ville intelligente, mais en ce qui concerne la connectivité, ce chiffre est tombé à 62,8, soit 9,4 points de moins que la moyenne de 72,2 des 30 villes.

Les résultats ont été bien meilleurs pour la ville en ce qui concerne ses efforts de développement durable.

« La durabilité a obtenu les scores globaux les plus élevés du DCI, Copenhague, Séoul et Toronto obtenant au moins 90 sur 100 pour son utilisation de la technologie numérique pour soutenir la durabilité urbaine – des scores plus élevés que ceux obtenus dans tout autre pilier », ont noté les auteurs du rapport. .

« Les capacités numériques, y compris l’IA, les capteurs et l’IdO, peuvent toutes améliorer l’efficacité énergétique et des ressources dans les principaux services publics de la ville tels que l’eau, l’électricité, l’éclairage et la gestion des déchets. »

En ce qui concerne les 10 premières villes, quatre sont en Europe (Copenhague, Amsterdam, Londres et Paris), quatre sont en Asie-Pacifique (Pékin, Séoul, Sydney et Singapour) et les deux autres sont aux États-Unis (New York et Washington DC).

Toronto, avec sa note globale de 70,1, n’a raté ce palmarès que par un dixième de point, Paris affichant une note de 70,2.

L’article original (en anglais) est disponible sur le site IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Lire aussi :

Meta choisit Toronto pour établir un centre d’ingénierie du métavers au Canada

350 acteurs de la transformation numérique préparent l’avenir

Idées : technologie de stationnement « intelligent » dans les villes

Traduction et adaptation française par Renaud Larue-Langlois.

Articles connexes

TCS lance le centre de recherche et d’innovation Pace Port Toronto

Tata Consultancy Services (TCS) a annoncé cette semaine l'ouverture de son cinquième et plus grand centre mondial de recherche et d’innovation à Toronto, qui, selon la société, est conçu pour aider les entreprises canadiennes à « donner vie plus rapidement aux innovations numériques ».

L’industrie de la restauration du Canada aura son premier marché dans le métavers

Restaurants Canada, une association sans but lucratif qui vise à accroître le potentiel de l’industrie de la restauration grâce à des programmes destinés aux membres, la recherche, la défense des intérêts, des ressources et des événements, développe un marché dans le métavers pour son industrie.

Keepit ouvre deux centres de données à Toronto

L’entreprise de sauvegarde et de récupération infonuagiques Keepit ouvre ses deux premiers centres de données au Canada.

Meta choisit Toronto pour établir un centre d’ingénierie du métavers au Canada

Meta, organisation mère de Facebook, Instagram et WhatsApp, accroît sa présence au Canada avec la création d'un centre d'ingénierie basé à Toronto.

Toronto : SecureKey sera acquise par Avast

La firme de cybersécurité SecureKey Technologies a conclu un accord pour être achetée par le fournisseur d'antivirus Avast, basé en République tchèque.