Hootsuite licenciera 30% de son personnel

Hootsuite Inc. a annoncé mardi qu’elle licencierait 30 % de son personnel en raison d’une restructuration mondiale.

L’entreprise de médias sociaux n’a pas révélé le nombre exact d’employés à licencier ni ce qui a déclenché les suppressions d’emplois. Selon BIV Research, Hootsuite emploie environ 500 personnes en Colombie-Britannique et plus de 1 200 dans le monde. Cela signifie qu’environ 350 personnes se retrouveront sans emploi. On ne sait pas combien de personnes à Vancouver sont directement touchées par les suppressions d’emplois. 

« Aujourd’hui est une dure journée chez Hootsuite… Cela signifie malheureusement que nous disons au revoir à certains de nos employés », a déclaré mardi le directeur général de Hootsuite, Tom Keiser. 

Il a ajouté que cette décision aidera l’entreprise à se réaligner sur les stratégies qui peuvent assurer son succès. Il a noté que Hootsuite doit se recentrer afin de favoriser l’efficacité, la croissance et la viabilité financière.

« Aujourd’hui, nous nous concentrons sur nos employés, à la fois ceux qui nous quittent et ceux qui restent, et nous nous assurons que nos clients continuent de recevoir le soutien dont ils ont besoin », a-t-il conclu.

Récemment, plusieurs autres entreprises technologiques ont pris des mesures similaires, licenciant une partie de leur personnel.

La plus remarquée a été Shopify, qui a supprimé 10 % de son personnel fin juillet. Wealthsimple a également réduit ses effectifs de 13 % et Clearco, une plateforme d’investissement de commerce électronique, a réduit son nombre d’employés de 25 %. 

Selon un rapport de CTV, les données de Layoffs.fyi ont révélé que 493 jeunes entreprises dans le monde ont supprimé environ 67 562 employés en 2022.

L’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois

Samira Balsara
Samira Balsara
Samira est rédactrice pour IT World Canada. Elle poursuit actuellement des études en journalisme à la Toronto Metropolitan University (anciennement Ryerson) et espère devenir présentatrice de nouvelles ou rédiger des profils journalistiques. Vous pouvez lui envoyer un courriel à sbalsara@itwc.ca.

Articles connexes

ILX Group examine les mesures que les entreprises doivent prendre pour se préparer à l’avenir

La société de conseil et de formation ILX Group vient de publier une nouvelle étude qui examine le déficit de compétences en intelligence artificielle (IA) auquel de nombreuses industries de pointe sont confrontées aujourd'hui, résultat de ce qu'elle décrit comme des pénuries de personnel, des perturbations de la chaîne d'approvisionnement, de l'inflation et de l'incertitude globale.

BMO veut combler le fossé de la main-d’œuvre technologique en attirant des candidats de tous les horizons

BMO Groupe financier (BMO) s'engage à se concentrer sur le recrutement et l'intégration de professionnels de la technologie issus de divers horizons afin de combler son déficit de main-d'œuvre technologique et de répondre aux besoins d'une population diversifiée dans une nouvelle ère de travail.

L’embauche de personnel technique poursuit son rythme soutenu, selon CompTIA

Un rapport publié cette semaine par la Computing Technology Industry Association (CompTIA), une association sans but lucratif liée à l'industrie et la main-d'œuvre des technologies de l'information (TI), révèle que la trajectoire montante de l'emploi lié à la technologie au Canada devrait se poursuivre en 2022, après une année où les employeurs ont embauché plus de 100 000 travailleurs du secteur de la technologie.

Les générations Y et Z changent la main-d’œuvre technologique

Les générations Y et Z représenteront plus de la moitié de la main-d'œuvre technologique d'ici 2025, selon le Forum économique mondial.

Comment soutenir la croissance du secteur des technologies au Canada?

Les grandes entreprises du secteur des technologies cherchent à embaucher mais la pénurie actuelle de main d’œuvre qualifiée en technologie soulève la question suivante : Le Canada compte-t-il suffisamment de ressources compétentes pour supporter cette croissance ?