Fraude en ligne : le Bureau de la concurrence appelle à la prudence

Le Bureau de la concurrence du Canada a publié une alerte à l’intention des consommateurs au sujet de fraudes qui sont effectuées à partir de fenêtres contextuelles et de sondages en ligne.Illustration du concept de sécurité et d'un écran tactile

Selon le Bureau de la concurrence, les fraudes débutent souvent par la promesse d’envoi d’un produit gratuit si la personne répond à un sondage ou si elle écoute une vidéo. Ensuite, l’internaute se voit demander le paiement de frais de livraison du produit soi-disant gratuit. Ces frais sont ensuite prélevés tous les mois.

Pour éviter d’en être victime, le Bureau de la concurrence recommande de ne pas fournir son numéro de carte de crédit, d’éviter d’ouvrir les fenêtres surgissantes et de se méfier, quand les adresses des sites internet se terminent autrement que par .com, .ca ou .org.

Pour gagner la confiance des internautes, des fraudeurs n’hésiteraient pas à se faire passer pour leur fournisseur de services Internet (FSI), car ils sont capables de connaître le nom du FSI à partir de l’adresse IP de l’internaute.

Avant de répondre à un sondage en ligne qui semble provenir du FSI, le Bureau de la concurrence conseille donc de vérifier auprès de l’entreprise si elle sollicite effectivement l’avis de ses abonnés au sujet de ses services.

Parfois, redémarrer l’ordinateur ou le téléphone mobile ne suffit pas pour se débarrasser d’une fenêtre contextuelle, par exemple quand un logiciel malveillant est présent sur l’appareil. Vérifier que son logiciel de protection est à jour est donc aussi important, souligne le Bureau de la concurrence.

Lire aussi :

Fraude via les TI : 53 % des consommateurs en seraient victimes

KPMG met en garde contre l’usurpation d’identité de dirigeants d’entreprises

Sécurité : la médiatisation de la fraude inquiète les consommateurs

Articles connexes

La performance des réseaux canadiens pratiquement inchangée

La société de recherche sur les réseaux Ookla a récemment publié son analyse trimestrielle de l'Internet mobile et fixe pour le Canada. Avec la prolifération des environnements de travail hybrides, les performances des réseaux deviennent de plus en plus importantes. À cet égard, le rapport démontre que les vitesses mobiles du Canada seraient suffisantes pour prendre en charge la plupart des fonctions de travail à distance comme les réunions Zoom et les applications de bureau à distance.

Vidéotron appuie Rogers et Shaw dans le litige concernant leur fusion

Vidéotron, une filiale de Québecor, a déposé une requête auprès du Tribunal de la concurrence le 8 juillet pour appuyer la fusion de Rogers et Shaw.

Inquiets de la résilience Internet et des télécoms de votre entreprise ? Posez ces questions

Les pannes pancanadiennes d'Internet et de réseau cellulaire causées par l'incident de la semaine dernière chez Rogers Communications devraient inciter les décideurs des entreprises de télécommunications et de TI à réfléchir attentivement à la résilience des télécommunications dans les services qu'ils achètent.

Le PDG de Rogers admet que la panne aurait été causée par une opération d’entretien

À la suite de la panne majeure de ses services cellulaires, de câbĺodistribution et d'Internet qui a commencé tôt vendredi matin et qui perdure, le président et chef de la direction de Rogers Communications, Tony Staffieri, a publié un nouveau message expliquant ce que l'entreprise croit en être la cause : « une panne du réseau suite à une mise à jour de maintenance de notre réseau central, qui a provoqué un dysfonctionnement de certains de nos routeurs tôt vendredi matin ».

Rogers présente des excuses après une panne majeure

Rogers Communications s’est excusée publiquement après qu’une panne majeure de son réseau ait laissé des millions d’utilisateurs et d'entreprises canadiens sans services Internet et mobiles le 8 juillet.