Carte de crédit: Rogers obtient une autorisation réglementaire

Rogers a reçu une autorisation de fonctionnement qui permettra à l’une de ses filiales d’offrir des services de carte de crédit.

Logo de Rogers CommunicationsLe fournisseur canadien de services de télécommunications Rogers Communications pourra  offrir un programme de fidélisation par le biais d’une institution financière qui a été constituée à titre de filiale. Cette filiale, Banque Rogers, avait reçu ses lettres patentes de constitutions en mai dernier, mais elle devait encore recevoir une autorisation de fonctionnement du Bureau du surintendant des institutions financières du gouvernement du Canada.

Il s’agissait de la dernière étape du processus de demande auprès des autorités avant que Rogers puisse offrir ce programme. Ce dernier sera mis en œuvre en tant que projet pilote jusqu’en 2014. D’ici là, seul un groupe sélectionné de clients de Rogers pourront bénéficier de ces cartes de crédit.

« D’ici un an, nos clients pourront se prévaloir d’un programme de carte de crédit qui leur donnera la possibilité d’augmenter le rythme auquel ils accumulent des points Récompenses Fidélité Rogers », a expliqué David Robinson, vice-président, Marchés émergents de Rogers Communications.

Benjamin Jébrak
Benjamin Jébrak
Benjamin Jébrak est journaliste pour le magazine Direction Informatique.

Articles connexes

Rogers espère maintenant conclure sa fusion avec Shaw à la fin de l’année

Rogers Communications a repoussé la date de clôture prévue de son acquisition de Shaw Communications pour 26 milliards de dollars canadiens au 31 décembre 2022.

La concurrence peut-elle accroître la résilience du Réseau ?

Le chef de la direction de Rogers, Tony Staffieri, et son nouveau directeur de la technologie, Ron McKenzie, ont comparu devant le Comité permanent de l'industrie et de la technologie de la Chambre des communes le 25 juillet pour fournir des détails sur la panne du réseau national de l'entreprise le 8 juillet. Au cours de la discussion, des députés ont interrogé les deux dirigeants sur les engagements pris par l'entreprise pour éviter que cela ne se reproduise.

« Des pannes, ça arrive », déclare le président du CRTC

Le chef de l'organisme de réglementation des télécommunications du Canada a déclaré que l'énorme panne de réseau Internet et sans fil de ce mois-ci chez Rogers pourrait entraîner une réglementation accrue de l'industrie, mais a également suggéré que rien ne pouvait être fait par l'organisme de réglementation pour empêcher les interruptions de service.

Plus de conditions aux opérateurs de télécommunications à la suite de la panne de Rogers

Le gouvernement fédéral pourrait imposer davantage de conditions aux fournisseurs de télécommunications pour améliorer leur résilience alors que l'enquête sur l'énorme panne de Rogers du 8 juillet se poursuit, a déclaré le ministre de l'Industrie devant un comité de la Chambre des communes.

Les différences entre les fournisseurs ont contribué à la panne de Rogers, selon son directeur technologique

Le chef de la direction de Rogers, Tony Staffieri, a comparu hier aux côtés de Ron McKenzie, le nouveau directeur technologique de l'entreprise, devant le Comité permanent de l'industrie et de la technologie de la Chambre des communes pour répondre aux questions des parlementaires concernant la panne du réseau de l'entreprise qui a touché des millions de Canadiens le 8 juillet.