Les TI doivent recevoir un soutien du gouvernement, selon Québec Numérique

À la veille du dépôt du budget du gouvernement, l’organisme Québec Numérique réclamait la mise en place de mesures pour stimuler les technologies de l’information.

Logo de Québec NumériqueL’organisme sans but lucratif Web Québec Numérique, qui regroupe des individus qui désirent développer, valoriser et promouvoir la communauté numérique de la Capitale-Nationale, demande au gouvernement Marois de tenir compte des technologies de l’information (TI) dans son deuxième budget.

L’organisme insiste sur la mise en place de mesures concrètes par le gouvernement pour stimuler l’innovation, le développement et la productivité en matière de développement numérique dans la région de Québec.

Pour Québec Numérique, il s’agit de rappeler que la région de Québec représente une force créatrice pour l’économie de la province.

« Les technologies de l’information sont au cœur de nos vies, mais il n’y a pas de leadership fort au Québec, une vision claire et précise du développement d’une industrie numérique performante, a déclaré Jonathan Parent, le directeur général et cofondateur de Québec Numérique. L’innovation et la productivité de l’économie québécoise passent aujourd’hui par les technologies, et si rien n’est fait, le Québec restera derrière et manquera le bateau. »

Dans la région de Québec seulement, la main-d’œuvre en TI représenterait près de 19 000 emplois, selon la Chambre de commerce et d’industrie de Québec. Québec Numérique rappelle que le Québec possède toute l’expertise nécessaire pour conserver son avance en matière d’innovation, mais que le gouvernement doit doter l’industrie de moyens conséquents et d’un soutien constant.

L’organisme souhaite aussi que le gouvernement Marois encourage le recours aux innovations québécoises en TI au sein du gouvernement.

« Il faut que le gouvernement aille au-delà de l’achat de matériel et de l’implantation sectorielle de systèmes de gestion. Le Québec a toute l’expertise nécessaire pour simplifier la gestion gouvernementale et faciliter la vie des citoyens », , a expliqué Carl-Frédéric De Celles, le cofondateur de Québec Numérique.

« Il y a une foule de petites innovations qui pourraient faire la différence, mais pour arriver à des résultats probants, il faut d’abord se doter d’une vision globale du numérique et investir en ce sens. »

Lire aussi : L’organisme « Le Web à Québec » devient « Québec numérique »

Benjamin Jébrak
Benjamin Jébrak
Benjamin Jébrak est journaliste pour le magazine Direction Informatique.

Articles connexes

Une escouade numérique pour aider les PME dans leur transformation

Le Réseau des CCTT - Synchronex lance une nouvelle plateforme nommée « Mon succès numérique » et invite les PME et les organismes de partout au Québec à se propulser vers l'avenir. 

Une enquête de Gartner révèle des lacunes dans le processus d’achat de technologie du gouvernement

Selon une récente enquête de Gartner, le secteur public a le cycle d'achat le plus long pour les achats de technologie : 22 mois en moyenne.

Loi 64 sur la protection des renseignements personnels : Votre entreprise est-elle prête ?

Certaines dispositions de la « Loi modernisant des dispositions législatives en matière de protection des renseignements personnels » (autrefois le projet de loi 64) entreront en vigueur dans un peu plus d’un mois, le 22 septembre. Votre entreprise sera-t-elle prête à s’y conformer ?

TCS lance le centre de recherche et d’innovation Pace Port Toronto

Tata Consultancy Services (TCS) a annoncé cette semaine l'ouverture de son cinquième et plus grand centre mondial de recherche et d’innovation à Toronto, qui, selon la société, est conçu pour aider les entreprises canadiennes à « donner vie plus rapidement aux innovations numériques ».

MISE À JOUR – Actions collectives contre Rogers suite à la panne de vendredi dernier

Le cabinet juridique montréalais LPC Avocat a déposé une demande d’autorisation d’action collective contre le géant des télécommunications Rogers Communications en raison de la panne de son réseau vendredi dernier qui a privé bon nombre de Canadiens de service durant au moins 15 heures.