Encore des essais et erreurs en infonuagique des organisations


Dominique Lemoine - 10/12/2018

Les architectures et modèles opérationnels infonuagiques, et les manières dont les organisations les utilisent, en sont encore à leurs débuts, a déclaré Vincent Lamanna au Sommet Satellite CanadianCIO 2018 à Montréal à la fin novembre.

Sommet Satellite CanadianCIO 2018

Vincent Lamanna, Craig Tavares et Marc Pare au Sommet Satellite CanadianCIO 2018 à Montréal le 28 novembre.

Accompagné de deux autres panélistes, le vice-président responsable de la technologie et de l’innovation dans les processus d’affaires chez Behaviour Interactive, un développeur de jeux vidéos basé à Montréal et utilisateur de produits infonuagiques, répondait ainsi à une question de Jim Love, responsable des technologies de l’information pour IT World Canada, au sujet de l’évolution de l’infonuagique au cours des 3 à 5 dernières années.

Vincent Lamanna a affirmé avoir observé une « explosion de la quantité de technologies infonuagiques que les fournisseurs ont proposées » et que le défi que ça entraîne pour les entreprises est d’apprendre à utiliser efficacement ces technologies pour gérer leurs données. Ainsi, selon lui, « l’orchestration et l’automatisation sont devenues très importantes » et représentent bien l’évolution des trois dernières années.

Aussi panéliste, Craig Tavares, directeur de l’innovation et de la technologie chez Cogeco Peer 1, fournisseur de produits infonuagiques interentreprises dont le siège social est à Toronto mais qui dispose aussi d’un bureau à Montréal, a soutenu que les utilisateurs sont passés d’environnements infonuagiques publics ou privés à des environnements hybrides, puis désormais à des environnements multiples, c’est-à-dire qu’ils se déploient en même temps auprès de divers fournisseurs d’infrastructures, et que cela représente pour eux des défis de gestion des données et des applications.

Craig Tavares a mentionné avoir aussi remarqué un phénomène de retour en arrière, c’est-à-dire vers des environnements infonuagiques précédents, chez des utilisateurs qui avaient déployé des applications en nuage et qui avaient ensuite trouvé les coûts trop importants par rapport aux performances obtenues.

Saveur du moment : Kubernetes

Selon le troisième panéliste, Marc Pare, directeur commercial chez CloudOps, un fournisseur basé à Montréal de produits infonuagiques, ainsi que de services de consultation en matière d’intégration de l’infonuagique, les trois dernières années ont notamment été marquées par un virage vers Kubernetes.

Kubernetes est un système à code source ouvert de gestion de charges de travail, qui doit permettre l’automatisation du déploiement et de la gestion d’applications conteneurisées.

« Comment nous opérons au sommet du nuage informatique, comment nous intégrons de nouveaux codes au sommet du nuage, à mon avis ça été permis par le niveau d’automatisation. Plutôt que de juste mettre des données et des serveurs en nuage, ou que d’acheter des logiciels à la demande, les gens s’intéressent aussi désormais à l’automatisation, et les outils la permettant ont vraiment évolué au cours des trois dernières années », a-t-il ajouté.

Lire aussi :

Les débuts de la chaîne de blocs comparés à ceux d’Internet

Gestion de données : d’autres réformes réglementaires à prévoir

Sommet des dirigeants TI : Element AI et Thirdshelf clarifient l’IA




Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Dominique Lemoine

À propos de Dominique Lemoine

Dominique Lemoine est rédacteur en chef du magazine Direction informatique.
Google+