Les débuts de la chaîne de blocs comparés à ceux d’Internet

Les chaînes de blocs auront des répercussions sur la plupart des technologies et sur toutes les industries, a affirmé Laurent Féral-Pierssens, lors du Sommet Satellite CanadianCIO 2018 qui avait lieu à Montréal la semaine dernière.

Féral-Pierssens
Laurent Féral-Pierssens au Sommet Satellite CanadianCIO 2018 à Montréal le 28 novembre.

Le cofondateur et associé de la firme de capital de risque Inception Block Ventures, qui investit dans l’industrie liée au développement de la chaîne de blocs, a expliqué aux dirigeants participants qui ne le savaient pas déjà que les chaînes de blocs sont des bases de données distribuées basées sur la confiance et l’automatisation.

De plus, Féral-Pierssens a affirmé que les systèmes de chaînes de blocs auront des effets de levier technologique sur les autres technologies numériques et de connectivité, par exemple l’intelligence artificielle, l’analyse de mégadonnées et l’Internet des objets, qui impliqueront « la création et le déplacement d’actifs par algorithmes » (comme des données sur les comportements), ou bien le paiement de transactions d’actifs qui sont à la fois virtuels et tangibles.

Crypto-économie

Ainsi, à son avis, la chaîne de blocs trouvera au fur et à mesure de son développement technologique et commercial des « cas d’application dans tous les secteurs d’activité », de même que dans de nouveaux modèles d’affaires, et ce, au-delà de son application initiale et actuelle au secteur de cryptomonnaies.

En réponse à la question d’un dirigeant qui participait au Sommet, le diplômé en informatique a précisé que les bases de données de transactions (qui sont enregistrées, stockées en blocs, distribuées et recopiées de manière décentralisée) pourront notamment être utilisées dans le secteur de l’énergie.

Selon lui, des petits producteurs d’énergie renouvelable pourront éventuellement tirer avantage de la chaîne de blocs et de compteurs électriques pour produire et commercialiser des jetons ou actifs transférables de consommation d’énergie.

Technologies ascendantes et technologies descendantes

Laurent Féral-Pierssens a aussi mentionné que les attentes envers la chaîne de blocs s’apparentent à celles envers Internet à ses débuts et que son intégration au milieu des affaires deviendra autant courante que l’intégration des technologies de l’information et de la communication.

« C’est un concept nouveau et une mécanique nouvelle, difficile à saisir, mais pas techniquement difficile. L’innovation va venir de ceux qui auront un petit peu de temps », a-t-il soutenu.

En comparaison, selon lui, l’intelligence artificielle provient plutôt de docteurs en diverses sciences « qui peuvent créer des modèles très complexes qui vont descendre dans des produits ».

Lire aussi :

Projets de chaîne de blocs au Port de Montréal et aux douanes

Retour sur le sommet des dirigeants TI à Montebello

Sommet des dirigeants TI : Element AI et Thirdshelf clarifient l’IA

Articles connexes

ServiceNow lance la version San Diego de sa plateforme Now

ServiceNow vient de lancer la version San Diego de sa plateforme Now qui vise à aider les organisations à progresser au-delà de la transformation engendrée par la pandémie en stimulant la productivité, en adaptant l’automation à travers toute l’entreprise et en créant de meilleures expériences pour un monde hybride.

Le cheval de Troie Gh0stCringe requiert des interventions

Les administrateurs de bases de données sont invités à renforcer leur sécurité informatique contre un logiciel de type cheval de Troie nommé Gh0stCringe.

Partenariat entre BlackBerry et Isaac pour le camionnage

La technologie multicapteurs de surveillance de remorques et de production de rapports Radar de BlackBerry a été intégrée à la plateforme de gestion et de visibilité de parcs de camions d'Isaac pour les entreprises de camionnage.

Vulnérabilité découverte dans la base de données NoSQL Cassandra d’Apache

Les administrateurs qui supervisent des installations de la base de données distribuée Cassandra d'Apache sont invités à installer la plus récente version après la découverte d'une vulnérabilité d'exécution à distance de code.

Virage technologique d’un fabricant d’ici de planches à neige olympiques

L'entreprise OptiMach, de Témiscouata-sur-le-Lac au Bas-Saint-Laurent, a obtenu de l’entreprise Utopie MFG le mandat d’automatiser et de robotiser ses opérations de production de skis et de planches à neige.