Défaite de Vidéotron en Cour supérieure

Vidéotron a été vaincue devant la Cour supérieure du Québec dans le cadre d’un recours collectif au sujet d’une modification de services.Logo de Vidéotron

L’Union des consommateurs (UC) affirme que la juge Capriolo de la Cour supérieure du Québec lui a donné raison dans une décision datée du 21 août, ainsi qu’aux plaignants, par rapport à une « modification unilatérale de services Internet et à l’imposition de frais illégaux » qui seraient survenues en 2007.

L’Union des consommateurs soutient qu’en août 2007, Vidéotron aurait annoncé à 34 000 clients abonnés à son forfait Internet haute vitesse Extrême, que l’utilisation illimitée prévue au contrat serait dorénavant plafonnée à 100 Go par mois et que les utilisations excédentaires entraîneraient des frais.

Les actions reprochées auraient contrevenu à la Loi sur la protection du consommateur, selon la Cour supérieure et l’Union des consommateurs. Cette loi et son interprétation prévoiraient ainsi qu’un service doit être conforme à la description qui en est faite dans le contrat et interdirait d’imposer des frais non mentionnés au contrat de façon précise, peu importe l’évolution du marché ou la consommation entière du service.

Vidéotron pourrait donc, entre autres, devoir rembourser les frais supplémentaires pour le dépassement de son plafond de téléchargement de 100 Go par mois, les rabais multiservices perdus et les frais de résiliation, ainsi que verser des dédommagements de cinq à dix dollars par mois pour baisse de vitesse du service aux abonnés et à ceux qui ont résilié leur contrat. Elle devrait aussi verser des dommages punitifs de 500 dollars par client.

Les parties doivent de nouveau être convoquées au tribunal, après l’expiration du délai d’appel, pour déterminer le montant total du recouvrement collectif et le mode de distribution.

Lire aussi :

Début des audiences dans le cadre d’un recours collectif contre Vidéotron

Recours collectif envers Public Mobile : la réaction de TELUS

Recours collectif autorisé contre Rogers

Recours collectif autorisé contre Bell Mobilité

Articles connexes

La Cour fédérale rejette l’appel du Bureau de la concurrence pour bloquer la fusion Rogers-Shaw

Le Bureau de la concurrence n'a pas réussi à convaincre la Cour d'appel fédérale que la décision du Tribunal de la concurrence en faveur de la fusion Rogers-Shaw était juridiquement erronée ou que cette dernière entraînerait une diminution de la concurrence.

Le Bureau de la concurrence dépose un appel mis à jour et cite des erreurs de droit dans la décision du Tribunal de la...

Selon un reportage du Globe and Mail, le Bureau de la concurrence a déposé un appel mis à jour auprès de la Cour d'appel fédérale vendredi, alléguant deux autres erreurs de droit dans la décision du Tribunal de la concurrence d'approuver le rachat de Shaw par Rogers pour 26 milliards de dollars canadiens.

Attentes et comportement des consommateurs québécois sur la confidentialité des données

Les résultats d’un sondage publiés cette semaine par GetApp Canada explorent les pratiques des Québécois quant à la confidentialité de leurs données. Il s’agit du second volet d’une enquête auprès de 230 consommateurs québécois.

CGI Federal aidera la FCC à faire évoluer les stratégies de communication des États-Unis

La Federal Communications Commission des États-Unis (FCC), l’organisme américain de régulation du domaine des télécommunications, a sélectionné CGI Federal pour l’aider à soutenir sa transformation numérique via sa participation au projet ADSS (Agile Development Support Services), un contrat à fournisseurs multiples et à prestations et quantités indéterminées.

Chat, le nouvel autocollant d’Instagram

Instagram a lancé mardi un nouvel autocollant pour Stories baptisé Chat. Ajouté dans une Story, cet autocollant permet à un utilisateur d’entamer une discussion de groupe avec ses abonnés.