La Cour fédérale rejette l’appel du Bureau de la concurrence pour bloquer la fusion Rogers-Shaw

Le Bureau de la concurrence n’a pas réussi à convaincre la Cour d’appel fédérale que la décision du Tribunal de la concurrence en faveur de la fusion Rogers-Shaw était juridiquement erronée ou que cette dernière entraînerait une diminution de la concurrence.

La décision faisait suite à une audience de trois heures à la demande de l’organisme canadien de surveillance de la concurrence, qui faisait valoir que la décision du Tribunal aurait pu être différente si la fusion Rogers-Shaw avait été examinée indépendamment de la vente préalable de Freedom Mobile à Vidéotron, présentée comme une remède aux préoccupations quant à la concurrence.

Rogers et Shaw n’ont pas eu à présenter leurs arguments avant que le verdict ne soit rendu.

La Cour fédérale a déclaré que la décision du Tribunal nous dit qu’en termes de concurrence, cette affaire est loin d’être close et que même s’il s’est trompée sur des points de droit précis, « nous [la Cour fédérale] ne sommes pas convaincus que le résultat aurait été différent ou aurait pu être différent ».

La Cour a ajouté qu’il n’y a pas lieu que cette affaire revienne devant le Tribunal de la concurrence pour une autre décision, car ce « retard, potentiellement important, pourrait faire mourir une transaction qui est en fait pro concurrentielle, et dans l’intérêt public ».

De plus, la Cour fédérale a rejeté la requête du Bureau de la concurrence visant à considérer l’appel de TekSavvy au CRTC comme preuve. « Le fait qu’il y a quelques jours à peine, mais des mois après que la cession eût été connue, quelqu’un a engagé une procédure devant un autre organe administratif, n’a rien à voir avec notre tâche de décider si le Tribunal de la concurrence a commis une erreur réversible en rendant l’ordonnance qu’il a rendue. »

Rogers, Shaw et Quebecor ont fait part de leur satisfaction face au verdict dans un communiqué conjoint. « Nous saluons cette décision claire, sans équivoque et unanime de la Cour d’appel fédérale. Nous continuons de travailler avec Innovation, Sciences et Développement économique Canada pour obtenir l’approbation finale nécessaire pour conclure les transactions pro concurrentielles et créer un quatrième fournisseur de services sans fil plus fort au Canada et un concurrent filaire plus redoutable.

La décision de la Cour fédérale et le recul du bureau signifient que l’accord de fusion de 26 milliards de dollars canadiens peut maintenant être transmis au ministre François-Philippe Champagne pour son approbation finale.

Cependant, fournisseur d’accès Internet (FAI) indépendant, TekSavvy espère toujours que la fusion sera soumise au CRTC pour un examen plus approfondi avant que le ministre ne rende son verdict. Le FAI a déclaré dans un tweet hier que la décision du tribunal ne changeait rien au fait que « la fusion Rogers-Shaw est basée sur un accord parallèle illégal avec Vidéotron qui tuera la concurrence et augmentera les prix à la consommation ». L’appel de TekSavvy au CRTC pour bloquer la fusion, annoncé la semaine dernière, a été présenté par le Bureau comme preuve supplémentaire, ce que la Cour fédérale a rejeté.

Aujourd’hui, le Comité permanent de l’industrie et de la technologie, qui a précédemment publié une étude suggérant que la fusion ne devrait pas avoir lieu, tient des audiences pour enquêter sur les problèmes de concurrence liés à l’accord.

Il est toutefois peu probable que les audiences d’aujourd’hui affectent la décision de Champagne, a déclaré Michael Geist, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en droit d’Internet et du commerce électronique à l’Université d’Ottawa, dans un article de blog .

« Il [Champagne] est susceptible de vanter les conditions de l’accord, de promettre une réforme de la Loi sur la concurrence et d’annoncer son approbation tard un jeudi avant une semaine de vacances afin qu’il n’y ait pas de questions à répondre à la Chambre des communes. Mais si c’est la voie qu’il choisit, les Canadiens doivent reconnaître que c’est un choix. »

Il existe de nombreuses preuves que la fusion ne devrait pas se poursuivre, a déclaré Geist, y compris les demandes du bureau et de TekSavvy, ainsi que « la frustration indéniable des Canadiens face à la concurrence et aux prix des communications ».

« Le ministre Champagne et le gouvernement peuvent choisir de défendre les consommateurs canadiens et faire que cet accord ne se concrétise pas sous leur surveillance. Ou ils peuvent se tenir aux côtés des grandes entreprises de télécommunications et choisir d’aggraver encore les choses. C’est le choix de Champagne », a déclaré Geist.

L’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication soeur de Direction informatique.

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois.

Ashee Pamma
Ashee Pamma
Ashee est rédactrice pour IT World Canada. Elle a obtenu son diplôme en communication et études médiatiques à l'Université Carleton à Ottawa. Elle espère devenir chroniqueuse après d'autres études en journalisme. Vous pouvez lui envoyer un courriel à [email protected]

Articles connexes

La date limite pour la fusion Rogers-Shaw reportée au 17 février

Rogers, Shaw et Québecor ont annoncé ce matin dans une déclaration conjointe que la date limite pour finaliser le projet de fusion Rogers - Shaw et la vente de Freedom Mobile à Québecor a été reportée au 17 février, en attendant l'approbation du ministre de l'Innovation, des Sciences et de l’Industrie, François-Philippe Champagne.

Québécor acquiert des licenses de spectre au Manitoba et au Québec

Poursuivant leur expansion au Canada, Québecor et sa filiale Vidéotron viennent d’investir près de 10 millions de dollars pour l'acquisition de nouvelles licences de spectre au Manitoba dans la bande de 600 MHz et au Québec dans la bande de 3 500 MHz.

Le Bureau de la concurrence dépose un appel mis à jour et cite des erreurs de droit dans la décision du Tribunal de la...

Selon un reportage du Globe and Mail, le Bureau de la concurrence a déposé un appel mis à jour auprès de la Cour d'appel fédérale vendredi, alléguant deux autres erreurs de droit dans la décision du Tribunal de la concurrence d'approuver le rachat de Shaw par Rogers pour 26 milliards de dollars canadiens.

TekSavvy exhorte le ministre Champagne à bloquer la fusion Rogers-Shaw et à refuser l’offre de Vidéotron pour Freedom Mobile

Le fournisseur de service Internet (FSI) indépendant Teksavvy de Chatham, en Ontario, a demandé aujourd'hui au ministre de l'Industrie, des Sciences et de la Technologie du Canada, François-Philippe Champagne, de bloquer la fusion de 26 milliards de dollars proposée en refusant le transfert des licences de spectre sans fil de Shaw ainsi que l'acquisition de Freedom Mobile par Vidéotron.

Fusion Shaw-Rogers : les derniers développements

Après de nombreux déboires dans la foulée de l’annonce de l’intention du géant des télécommunication Rogers d’acquérir pour 26 milliards de dollars son compétiteur Shaw en mars 2021, le dénouement tant attendu – un jugement du tribunal de la concurrence – est finalement arrivé le 29 décembre alors que ce dernier rejetait les arguments du bureau de la concurrence qui tentait de bloquer la fusion des deux géants.