Cartographie du transfert de données via les États-Unis

Une équipe de chercheurs de l’Université de Toronto lance un outil de cartographie qui vise à comprendre et expliquer le mouvement des données des internautes du Canada.Illustration de réseaux sur la planète

L’Autorité canadienne pour les enregistrements internet (ACEI) affirme que ces chercheurs suivent le « routage boomerang » qui fait en sorte que même les transferts de données entre internautes et sites Internet du Canada passent par les États-Unis, « augmentant l’exposition à la surveillance de l’État ».

La base de données interactive IXmaps des routes qu’emprunte le trafic Internet est maintenant fonctionnelle, ajoute l’ACEI.

« L’outil aide la population à comprendre comment se déplace son trafic Internet et la façon dont certaines routes qu’il emprunte fait passer des données par les États-Unis les rendant assujetties à la compétence de la National Security Agency (NSA) des États-Unis avant de revenir au Canada ».

L’infrastructure Internet canadienne serait ainsi « intimement liée aux réseaux américains » et à des serveurs américains, d’où un besoin de transparence et de compréhension.

De plus, « plusieurs des grands fournisseurs de services Internet au Canada disposent de réseaux qui favorisent les connexions nord-sud, poussant le flux des données canadiennes vers les principaux carrefours d’acheminement américains situés à New York, à Chicago, à Seattle ou en Californie ».

Sans compter les renseignements échangés avec des sites Internet tels que Google, Facebook, YouTube et Amazon, et entreposés sur leurs serveurs basés aux États-Unis, qui transitent donc nécessairement par les États-Unis et qui « sont exposés à la surveillance de masse américaine en vertu de lois telles que la Patriot Act ».

Pour les individus et les entreprises, « il est hautement problématique d’exposer à la surveillance étrangère des données confidentielles ou de nature délicate », soutient l’ACEI.

Lire aussi:

Infrastructure Internet : Le Canada rivalise avec les États-Unis

L’ACEI veut davantage de points d’échange Internet au Canada

Explosion de l’utilisation des données d’ici six ans

Articles connexes

Les États-Unis au quatrième rang, le Canada au cinquième sur l’échelle de la cybersécurité

Le Canada se classe au cinquième rang parmi 20 pays pour sa préparation et sa réponse aux menaces de cybersécurité, selon une norme créée par une revue universitaire et un fournisseur de sécurité.

L’ACEI annonce une protection hors réseau pour son pare-feu DNS

L'Autorité canadienne pour les enregistrements Internet (ACEI) a annoncé une nouvelle extension pour son service de pare-feu DNS. Celui-ci inclut désormais une protection hors réseau pour les utilisateurs qui ne sont pas connectés à leurs réseaux d'entreprise.

Le Canada signe des accords avec Volkswagen et Mercedes-Benz pour la fabrication des batteries de véhicules électriques

Le Canada a signé un protocole d'entente avec les constructeurs automobiles allemands Volkswagen et Mercedes-Benz pour leur fournir des matériaux de batterie pour véhicules électriques (VÉ).

CORRECTION : L’application canadienne Alerte COVID retirée après deux ans

L'application canadienne pour les téléphones intelligents Alerte COVID, développée au plus fort de la pandémie de COVID-19 pour avertir les gens lorsqu'ils ont été en contact étroit avec une personne infectée par le virus, a officiellement pris sa retraite.

Le Canada demande au G7 un groupe de travail sur la cybersécurité

Face à ce qu'il appelle les « cyberactivités malveillantes » de la Russie dans sa guerre contre l'Ukraine, le Canada exhorte les pays du G7 à créer un groupe de travail pour partager les meilleures pratiques en matière de cybersécurité afin de protéger leurs infrastructures essentielles de TI et de télécommunications.