Application pour convertir son chez-soi en petit café

Nok Nok Café lance au Québec son application du même nom qui permet d’inviter des inconnus à prendre le café chez soi.Nok Nok Café

L’entreprise de Montréal Nok Nok Café affirme que son idée est inspirée des modèles qui sont utilisés par Airbnb et Uber, ainsi que des « façons de consommer » qui ont émergé de ces stratégies commerciales.

Selon Nok Nok Café, sa plateforme internet et mobile permet notamment de « générer un revenu d’appoint », mais « tout en veillant à ménager les équilibres du marché ».

La plateforme fournirait aux visiteurs un accès à des hôtes à proximité selon des heures d’ouverture décidées et indiquées par les hôtes sur leur profil d’accueil. Le paiement serait fait à l’avance par l’entremise de l’application.

« Nous ne faisons pas concurrence aux cafés indépendants. Nous offrons une alternative aux consommateurs qui veulent vivre une expérience sociale différente », soutient cependant Nok Nok Café.

L’application compterait pour l’instant un dizaine d’hôtes et « des centaines d’inscrits » au Québec. Une expansion internationale serait prévue « d’ici 18 mois » et miserait sur le secteur du tourisme comme « moteur ».

Lire aussi :

Le transport dit collaboratif demeure émergent

Crédit en ligne : un prêteur se compare à Uber et Airbnb

Lancement d’une application pour louer un stationnement privé

Articles connexes

Starlink introduira un plafond de données au Canada et aux États-Unis

Le service Internet par satellite Starlink comportera un plafond de données pour les utilisateurs canadiens et américains à partir de décembre 2022, a annoncé la société dans des courriels à ses abonnés.

La performance des réseaux canadiens pratiquement inchangée

La société de recherche sur les réseaux Ookla a récemment publié son analyse trimestrielle de l'Internet mobile et fixe pour le Canada. Avec la prolifération des environnements de travail hybrides, les performances des réseaux deviennent de plus en plus importantes. À cet égard, le rapport démontre que les vitesses mobiles du Canada seraient suffisantes pour prendre en charge la plupart des fonctions de travail à distance comme les réunions Zoom et les applications de bureau à distance.

Inquiets de la résilience Internet et des télécoms de votre entreprise ? Posez ces questions

Les pannes pancanadiennes d'Internet et de réseau cellulaire causées par l'incident de la semaine dernière chez Rogers Communications devraient inciter les décideurs des entreprises de télécommunications et de TI à réfléchir attentivement à la résilience des télécommunications dans les services qu'ils achètent.

Le PDG de Rogers admet que la panne aurait été causée par une opération d’entretien

À la suite de la panne majeure de ses services cellulaires, de câbĺodistribution et d'Internet qui a commencé tôt vendredi matin et qui perdure, le président et chef de la direction de Rogers Communications, Tony Staffieri, a publié un nouveau message expliquant ce que l'entreprise croit en être la cause : « une panne du réseau suite à une mise à jour de maintenance de notre réseau central, qui a provoqué un dysfonctionnement de certains de nos routeurs tôt vendredi matin ».

Rogers présente des excuses après une panne majeure

Rogers Communications s’est excusée publiquement après qu’une panne majeure de son réseau ait laissé des millions d’utilisateurs et d'entreprises canadiens sans services Internet et mobiles le 8 juillet.