Les professionnels des TI priorisent la rémunération

Pour les professionnels des TI, ce sont les considérations monétaires qui priment lorsqu’il s’agit de choisir un employeur ou de rester dans la même entreprise, selon un sondage mené par l’agence de placement Robert Half.Travailleuse, travailleur, travail, emploi, TI

Réalisé auprès de 270 directeurs des systèmes d’information au Canada, le sondage montre que les avantages comme les primes ou les options d’achat d’actions arrivent en tête. « Les professionnels en technologies sont passionnés par ce qu’ils font et ils veulent travailler là où on reconnaît et encourage leurs intérêts; cependant, la rémunération demeure un facteur déterminant », a indiqué, par communiqué, Deborah Bottineau, gestionnaire régionale principale de Robert Half Technology.

Arrivent ensuite la capacité d’apprendre et de croître, les possibilités d’avancement, les opportunités de travailler sur des projets intéressants, les vacances, l’utilisation de technologies innovantes, les options de télétravail et la question de l’environnement de travail.

« Pour que les entreprises puissent attirer et retenir les meilleurs professionnels des TI, en plus de proposer des offres d’embauche concurrentielles, elles doivent promouvoir les possibilités pour les employés de participer à des projets novateurs, d’acquérir de nouvelles compétences et de faire progresser leurs carrières », a-t- elle ajouté.

Lire aussi :

Temps et argent influent sur le recrutement en TI

Priorité à la rétention du personnel pour les responsables des TI

Service d’entrevue vidéo en ligne pour le recrutement

Articles connexes

Dernière semaine pour soumettre une demande dans le cadre du programme NovaScience

Les entreprises québécoises qui souhaitent soumettre une demande de soutien à l’emploi dans le cadre du programme NovaScience ont jusqu’à dimanche prochain (28 août) pour le faire.

Loi 64 sur la protection des renseignements personnels : Votre entreprise est-elle prête ?

Certaines dispositions de la « Loi modernisant des dispositions législatives en matière de protection des renseignements personnels » (autrefois le projet de loi 64) entreront en vigueur dans un peu plus d’un mois, le 22 septembre. Votre entreprise sera-t-elle prête à s’y conformer ?

L’embauche de personnel technique poursuit son rythme soutenu, selon CompTIA

Un rapport publié cette semaine par la Computing Technology Industry Association (CompTIA), une association sans but lucratif liée à l'industrie et la main-d'œuvre des technologies de l'information (TI), révèle que la trajectoire montante de l'emploi lié à la technologie au Canada devrait se poursuivre en 2022, après une année où les employeurs ont embauché plus de 100 000 travailleurs du secteur de la technologie.

Faible maturité des entreprises canadiennes en matière de cybersécurité

De nombreuses entreprises canadiennes ont encore beaucoup de chemin à parcourir pour être considérées comme une organisation de cybersécurité mature, si l’étude d’un fournisseur est représentative.

Technologies et cybersécurité au budget du Québec

Le budget 2022-2023 du gouvernement du Québec prévoit 451 millions de dollars pour la transition de l’État et des entreprises vers le numérique, et pour stimuler les achats de technologies, au cours des cinq prochaines années.