L’AQT favorable à ouvrir les marchés publics à un plus grand nombre

L’AQT réitère sa position favorable à du changement dans l’octroi des contrats publics en informatique, mais prévient ne pas vouloir être associée à certaines causes et groupes sans son accord.Logo de l'AQT

L’Association québécoise des technologies (AQT), un organisme de représentation qui regroupe environ 500 entreprises membres et affiliées de l’industrie des TIC au Québec, affirme que « sa position favorable au changement en matière de contrats publics en informatique peut porter à des mauvaises interprétations en étant associée à des causes et à des groupes sans son accord ».

L’AQT a réitéré cette position à la fin de la journée du 13 février, lors de laquelle une enquête publique sur l’octroi des contrats de l’État en informatique avait été demandée par un Collectif d’organisations civiles, dont FACIL et Hackons la corruption. Durant la journée, cette demande avait reçu l’appui du Parti québécois et de Québec solidaire. De plus, l’AQT précise que la Coalition avenir Québec a retiré des propos qui lui avaient été injustement attribués.

Selon l’AQT, « agir de façon précipitée pourrait nuire aux travaux amorcés qui s’inscrivent dans le sens de l’ouverture des marchés publics à un plus grand nombre de sociétés et le travail de révision en cours au sein du gouvernement permettra d’apporter des changements significatifs selon une approche tournée vers l’avenir ».

Établir des conditions « justes et équitables »

L’AQT rappelle avoir effectué depuis 2011 des représentations auprès de comités et de commissions pour inciter à une révision des processus dans l’octroi des contrats publics en informatique, en plus d’avoir publié des recommandations dans des mémoires.

« Parmi ses recommandations, l’AQT préconise une réduction de la taille des contrats et des garanties exigées afin qu’un plus grand nombre de firmes puissent participer aux appels d’offres, laissant jouer le jeu d’une saine concurrence. L’AQT propose aussi l’utilisation des solutions existantes plutôt que de recourir presque systématiquement à du temps-ressource », mentionne l’AQT.

De plus, l’AQT soutient que « son action vise exclusivement à établir des conditions justes et équitables pour l’industrie, qui comprend une majorité de petites et moyennes entreprises ».

Lire aussi :

FACIL veut une enquête publique sur les contrats publics en informatique

Coupes budgétaires : l’AQT consulte les dirigeants de l’industrie

Crédits d’impôt : un fonds de financement anticipé de 10 M$ à l’AQT

Articles connexes

L’accès au talent, principal frein à la croissance du secteur technologique

L’Association Québécoise des Technologies (AQT) révélait la semaine dernière les résultats d’un sondage effectué auprès de 329 dirigeants d’entreprises technologiques du Québec. Le principal constat de l’étude est que, après deux ans de pandémie, bien que les entreprises du secteur aient été en mesure de maintenir leurs activités et leurs profits, l’accès au talent constitue actuellement le principal frein à leur croissance.

La recherche de fournisseurs de solutions technologiques simplifiée

L’Association québécoise des technologies (AQT), un réseau d’affaires qui promeut le développement et le rayonnement du secteur des technologies québécoises, lançait la semaine dernière un nouvel outil pour aider les entreprises à trouver en quelques clics des solutions technologiques et des services numériques québécois.

Stéphane Garneau de Micro Logic décroche le Prix PDG de l’année AQT – IQ

L’Association québécoise des technologies (AQT) et Investissement Québec annoncent la remise du prestigieux Prix PDG de l'année AQT – IQ à Stéphane Garneau PDG de Micro Logic.

Le Québec a besoin de plus de superordinateurs, selon le Forum IA Québec

Augmenter le nombre de superordinateurs à la disposition des chercheurs en intelligence artificielle permettrait au Québec de devenir encore plus concurrentiel en cette matière, selon le Forum IA Québec.

Un transfert de licences de Shaw vers Rogers nuirait à la concurrence, selon le fédéral

Rogers n'obtiendra pas les licences de services sans fil de Shaw, a déclaré le ministre fédéral de l'Innovation, François-Philippe Champagne.