Identification et évaluation par radiofréquence à la frontière

L’Agence des services frontaliers du Canada dit avoir rendu opérationnelle la technologie d’identification par radiofréquence à certains points frontaliers.Frontière, IRF

L’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) affirme que son recours à la technologie d’identification par radiofréquence (IRF) vise à « accélérer le passage à la frontière » et à « assurer la sécurité de la frontière ».

Pour justifier cette décision, l’ASFC soutient que des échanges commerciaux d’une valeur totale d’environ 2,5 milliards de dollars et 400 000 déplacements de voyageurs sont effectués chaque jour par la frontière entre le Canada et les États-Unis.

« Les voies [frontalières] munies de l’IRF ont un lecteur capable de saisir les données des puces IRF de certains documents de voyage, notamment la carte électronique de résident permanent du Canada, le permis de conduire Plus de la Colombie-Britannique, du Manitoba et de l’Ontario, ainsi que la carte des programmes Nexus et Express », précise l’ASFC.

L’AFSC précise que « le lecteur IRF lit la puce IRF lorsque le véhicule s’approche de la guérite », que « les données sur le voyageur sont récupérées dans des bases de données sécurisées » et qu’une « évaluation des risques est effectuée automatiquement », alors que des données « sont affichées sur l’écran de l’agent des services frontaliers ».

La technologie IRF utilise des champs électromagnétiques de radiofréquence sans contact et sans fil pour transférer, lire et afficher à distance des données.

Pour l’instant, l’ASFC mentionne que des points frontaliers parmi « les plus achalandés » en Colombie-Britannique, au Manitoba et en Ontario ont été munis de cet outil.

Lire aussi :

Détecteur de mensonge testé pour les aéroports et les frontières

Caméras de surveillance et détecteurs aériens financés par Ottawa

Maintien de l’ordre « intelligent » : caméras Taser sur les policiers de Montréal

Articles connexes

Le cheval de Troie Gh0stCringe requiert des interventions

Les administrateurs de bases de données sont invités à renforcer leur sécurité informatique contre un logiciel de type cheval de Troie nommé Gh0stCringe.

Vulnérabilité découverte dans la base de données NoSQL Cassandra d’Apache

Les administrateurs qui supervisent des installations de la base de données distribuée Cassandra d'Apache sont invités à installer la plus récente version après la découverte d'une vulnérabilité d'exécution à distance de code.

Virus à ARN traqués par des étudiants de l’Université de la Colombie-Britannique et AWS

Des chercheurs de l'Université de la Colombie-Britannique et AWS s'associent pour découvrir de nouvelles souches de virus à ARN.

SNC-Lavalin cible le créneau des services de carboneutralité pour les bâtiments existants

SNC-Lavalin mise sur l’utilisation de données pour réduire les émissions de dioxyde de carbone d’environnements déjà bâtis.

Vulnérabilités détectées par CyberXRay dans des sites Web de PME du Canada

Plusieurs sites Web de PME du Canada et des États-Unis sont vulnérables à la mystification, au détournement de clics et au reniflage, selon un fournisseur de services de cybersécurité.