Caméras de surveillance et détecteurs aériens financés par Ottawa

Des caméras de surveillance et des détecteurs aériens, terrestres et maritimes seront mis au point avec l’aide du financement du gouvernement du Canada.Logo du gouvernement du Canada

Industrie Canada (IC), qui est le ministère de l’Industrie du gouvernement du Canada, affirme investir dans la recherche et le développement (R-D) d’une technologie de surveillance et de ciblage dans le but officiel d’appuyer les secteurs « de la défense, de la sécurité et de la sécurité publique ».

Le bénéficiaire de cette contribution remboursable de 75 millions de dollars de la part du gouvernement du Canada est la société L-3 WESCAM de Burlington en Ontario, précise IC. L-3 WESCAM est une entreprise de fabrication de matériel militaire, dans le domaine de l’imagerie et de la détection aéroportée.

Selon le gouvernement du Canada, « les caméras de WESCAM ont joué un rôle dans l’interception d’insurgés et dans la capture de cibles de grande valeur en Afghanistan et en Iraq ». De plus, « en 2014, un avion équipé d’un détecteur de chaleur de WESCAM a joué un rôle dans la capture du malfaiteur armé responsable de la mort de trois membres de la GRC à Moncton ».

Également, « le matériel de surveillance a été utilisé dans le cadre de chasses à l’homme et d’opérations visant à démanteler des installations de culture de marijuana, ainsi que le long de la frontière canado-américaine pour intercepter des trafiquants de drogue ».

« Ce genre d’investissement démontre la saine collaboration qui existe entre l’industrie et le gouvernement du Canada », souligne l’Association des industries canadiennes de défense et de sécurité du Canada.

Selon Industrie Canada, l’industrie canadienne de l’aérospatiale et « de la défense » aurait injecté, en 2013, 28 milliards de dollars dans l’économie du Canada et le volet dit « de la défense » du secteur aérospatial génèrerait des recettes de plus de 9,4 milliards de dollars à chaque année.

De plus, IC mentionne que cet investissement « entraînera la création d’emplois hautement spécialisés et bien rémunérés dans l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement dédiée à la fabrication de matériel de défense dans le sud de l’Ontario, en plus de préserver 200 postes à Burlington et Don Mills ».

Lire aussi :

Caméras corporelles et corps de police

Vie privée : des universitaires demandent une enquête publique

Des Canadiens inquiets de l’utilisation de leurs activités en ligne

Articles connexes

Simulateur d’utilisation d’un écran tactile en zone de turbulences créé à Polytechnique Montréal

La création d'un simulateur de vibrations qui reproduit l'utilisation d'un écran tactile dans le poste de pilotage d'un avion qui se trouve en zone de turbulences a valu un prix Mitacs à Adam Schachner, chercheur en mathématiques et en génie industriel à Polytechnique Montréal.

Aérospatiale : financement public d’implantations numériques retardées

L'initiative MACH FAB 4.0 d'Aéro Montréal obtient un financement public supplémentaire de 1,23 million de dollars du ministère de l'Économie du Québec qui lui permettra d'être prolongée jusqu'au 31 mars 2022.

Québec soutient l’intégration de l’IA dans l’industrie aérospatiale

Le gouvernement du Québec accorde une aide financière de 2,9 millions de dollars sur cinq ans au Consortium de recherche et d'innovation en aérospatiale au Québec (CRIAQ) pour soutenir l’adoption de l’intelligence artificielle (IA) dans le secteur aérospatial.

Logiciels d’aviation : Ad Opt acquise par IBS Software

L'éditeur Ad Opt de logiciels pour l'industrie de l'aviation, qui était une division de l'entreprise américaine de logiciels Kronos, a été vendue à IBS Software.

Partenariat en intégration de l’IA à l’aérospatiale

L'Institut de valorisation des données et Aéro Montréal disent vouloir accélérer l'intégration de technologies d'intelligence artificielle par le secteur aérospatial.