Virus à ARN traqués par des étudiants de l’Université de la Colombie-Britannique et AWS


Samira Balsara - 02/02/2022

Des chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique et AWS s’associent pour découvrir de nouvelles souches de virus à ARN.

Des chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique ont trouvé un moyen de découvrir plus vite de nouvelles souches de virus à ARN, en utilisant le centre d’infonuagique d’Amazon Web Service (AWS) pour analyser des données brutes de séquences qui proviennent de bases de données publiques de séquençage. Cela pourrait aider à reconnaître des infections plus rapidement et à prévenir de futures pandémies.

Projet Serratus

Artem Babaian, chercheur principal du projet Serratus, est titulaire d’un doctorat en génétique médicale et mène désormais un postdoctorat. Il menait des recherches génétiques sur le cancer avant la pandémie et travaillait déjà avec AWS pour son projet sur la génétique et le cancer.

Au début de la pandémie en mars 2020, Babaian et son ami Jeff Taylor, étudiant en génie de l’UBC, aussi coauteur de l’article de recherche au sujet de Serratus publié la semaine dernière dans la revue Nature, ont proposé un aperçu de l’architecture informatique sur AWS qu’ils souhaitaient mettre en place.

Lire l’article au complet sur le site d’IT World Canada (en anglais), une publication soeur de Direction informatique

Lire aussi :

Le domaine de l’informatique inspire les choix de termes de l’année 2021 par l’OQLF

Infrastructure infonuagique en chantier pour 23 pétaoctets de données de santé

Un appareil de détection de virus dans l’air développé à Montréal

Adaptation et traduction vers le français par Dominique Lemoine




Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , ,