Hausse des revenus trimestriels chez Amaya

Groupe de jeux Amaya rapporte des revenus de 41 millions de dollars pour le premier trimestre de son année financière 2014.Logo de Groupe de jeux Amaya

Groupe de jeux Amaya, une entreprise de Montréal qui est spécialisée en matériel et en logiciels qui sont destinés à l’industrie du jeu de hasard, rapporte des revenus trimestriels qui sont plus élevés d’environ 8 % que les revenus de 38 millions de dollars qui avaient été comptabilisés pour le premier trimestre de son année financière 2013.

Parmi ces revenus trimestriels de 41 millions de dollars, 23,7 millions de dollars proviennent d’accords d’intéressement, 9,6 millions de dollars de la concession de licences de logiciels, 1,2 million de dollars de l’hébergement de casinos, 5,2 millions de dollars de ventes de solutions et 1,2 million de dollars de contrats de location-financement.

Au niveau géographique, parmi les revenus trimestriels de Groupe de jeux Amaya, 18,1 millions de dollars proviennent du marché de l’Amérique du Nord, 9,7 millions de dollars du marché de l’Europe et 13,2 millions de dollars du marché de l’Amérique latine et des Caraïbes.

Pour le trimestre financier de Groupe de jeux Amaya qui a pris fin le 31 mars dernier, l’entreprise fait état de dépenses générales et administratives de 38,7 millions de dollars, de dépenses financières de 1,0 million de dollars et de dépenses liées aux ventes de 4,1 millions de dollars. Toutes ces dépenses, sauf les dépenses financières, sont supérieures à celles qui avaient été comptabilisées par l’entreprise pour le trimestre équivalent de son année financière précédente.

Groupe de jeux Amaya rapporte un bénéfice net trimestriel de 39,6 millions de dollars, soit 632 % de plus que la perte nette de 7,4 millions de dollars qui avait été rapportée par l’entreprise pour le premier trimestre de son année financière 2013.

Groupe de jeux Amaya précise que son résultat net tient compte d’un gain de 49 millions de dollars tiré de la vente de WagerLogic.

Articles connexes

Des entreprises s’attendent à de l’aide de l’État pour investir dans des technologies propres

Neuf dirigeants sur dix de moyennes entreprises du Canada ayant répondu à un sondage produit par KPMG se disent préoccupés par les répercussions du conflit en Europe sur l’économie, l’industrie et les entreprises.

Financement fédéral pour les semi-conducteurs et la photonique d’ici

Les industries locales de semi-conducteurs et de photonique au Canada auront accès à de nouvelles sources de financement fédéral.

La Caisse de dépôt mise sur la numérisation de l’économie

Les stratégies de la Caisse de dépôt et placement du Québec tiennent compte de la numérisation de l’économie et de la transition climatique.

Des restaurateurs s’équipent de leur propre plateforme de livraison de commandes

L’entreprise RestoLoco a été créée en 2020 pour « briser le cercle vicieux de l’utilisation des plateformes de livraison étrangères comme Uber Eats » et pour « déployer une plateforme qui appartient et profite » aux restaurateurs.

Cryptomonnaies : du sable dans l’engrenage de chaînes de blocs

Des pannes et des retards sur des plateformes de transactions de cryptoactifs reposant sur la technologie de la chaîne de blocs ont entraîné la semaine dernière des chutes des cours de cryptomonnaies.