Éric Caire assigné au poste de ministre de la Cybersécurité et du Numérique

Le ministre de la Cybersécurité et du Numérique, donc Éric Caire pour l’instant, sera responsable de « protéger l’État des cyberattaques et de protéger les données des Québécois et du gouvernement ».

Image : Assemblée nationale du Québec

Le cabinet du premier ministre du Québec affirme notamment que l’État doit être « à l’avant-garde » en matière de cybersécurité et de numérique et qu’il « a besoin » d’améliorer ses systèmes de données.

Le projet de loi sur la création d’un ministère québécois de la Cybersécurité et du Numérique a été adopté le 2 décembre et ce ministère sera activé le 1er janvier 2022.

Par voie de communiqué, le député de la circonscription La Peltrie a affirmé que son mandat inclura de « poser les pierres d’assises pour accélérer la transformation numérique » de l’État et « d’envisager avec positivisme la réalisation des mandats » qui seront confiés au ministère.

Bémols

Dans un texte publié hier par le quotidien Le Soleil, un professeur de sciences géomatiques à l’Université Laval, Stéphane Roche, soutient qu’un ministère de la Cybersécurité et du Numérique est une « fausse bonne idée », si ses interventions sont en aval plutôt qu’en amont des enjeux numériques.

En octobre, à la suite de la mention par le premier ministre du Québec, dans son discours d’ouverture de la session parlementaire, du projet de création de ce ministère, le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) a affirmé que « créer une telle expertise interne [en numérique et cybersécurité] se heurtera à la pénurie de main-d’oeuvre » et qu’il y a déjà 1000 postes vacants en technologies de l’information dans l’administration publique du Québec.

Le SFPQ soutenait alors aussi que « pour développer une capacité de réalisation à l’interne dans le domaine du numérique et de la cybersécurité », le gouvernement doit « cesser sa coûteuse dépendance au secteur privé » et « remettre en question son volume de sous-traitance », ainsi que « diminuer sa dépendance aux ressources externes ».

« Pour créer une expertise et la conserver, dans un domaine aussi compétitif que le numérique et la cybersécurité, le gouvernement devra trouver des façons d’attirer et retenir son personnel » technique recruté par le secteur privé, en particulier avec des conditions de travail compétitives, selon le SFPQ.

Lire aussi :

Mieux vaut prévenir que guérir en numérique aussi

Dépôt du projet de loi visant la création d’un ministère de la Cybersécurité

Un ministère de la Cybersécurité et du Numérique dans les cartons de Québec

Articles connexes

Les pros de la sécurité des TI se concentrent sur la prévention des attaques mais des alertes importantes leur échappe

Selon un responsable de Cisco Systems, la plus grande erreur que commettent les dirigeants de la sécurité des TI est de consacrer trop de ressources à la conformité réglementaire et à la prévention des cyberattaques.

BRP victime d’une cyberattaque

On apprend ce matin que le fabricant de produits récréatifs BRP de Valcourt est actuellement la cible d’une « activité malveillante en matière de sécurité », tel que décrit par la société dans un communiqué.

Une étude révèle que les données obscures nuisent aux stratégies de DataOps

Quest Software, un fournisseur de logiciels de gestion de systèmes, de protection des données et de sécurité, en collaboration avec l'Enterprise Strategy Group (ESG), a publié le rapport 2022 sur l'état de la gouvernance et de l'autonomisation des données, un rapport annuel mettant en évidence les principaux défis et innovations en matière de gouvernance des données, de gestion des données et de DataOps.

La semaine dernière dans le monde du rançongiciel – lundi 11 juillet 2022

Une diminution des attaques, ou le « calme plat avant la tempête » ? Publication du rapport du second trimestre de Cyberint sur les rançongiciels.

Des responsables des TI admettent manquer de visibilité sur leur surface d’attaque

Malgré des investissements dans la cybersécurité, de nombreuses organisations canadiennes – et leurs homologues mondiales – admettent qu'elles ont toujours des problèmes de visibilité de leurs systèmes informatiques, ce qui complique leur capacité à sécuriser des données vitales.