Éric Caire assigné au poste de ministre de la Cybersécurité et du Numérique

Le ministre de la Cybersécurité et du Numérique, donc Éric Caire pour l’instant, sera responsable de « protéger l’État des cyberattaques et de protéger les données des Québécois et du gouvernement ».

Image : Assemblée nationale du Québec

Le cabinet du premier ministre du Québec affirme notamment que l’État doit être « à l’avant-garde » en matière de cybersécurité et de numérique et qu’il « a besoin » d’améliorer ses systèmes de données.

Le projet de loi sur la création d’un ministère québécois de la Cybersécurité et du Numérique a été adopté le 2 décembre et ce ministère sera activé le 1er janvier 2022.

Par voie de communiqué, le député de la circonscription La Peltrie a affirmé que son mandat inclura de « poser les pierres d’assises pour accélérer la transformation numérique » de l’État et « d’envisager avec positivisme la réalisation des mandats » qui seront confiés au ministère.

Bémols

Dans un texte publié hier par le quotidien Le Soleil, un professeur de sciences géomatiques à l’Université Laval, Stéphane Roche, soutient qu’un ministère de la Cybersécurité et du Numérique est une « fausse bonne idée », si ses interventions sont en aval plutôt qu’en amont des enjeux numériques.

En octobre, à la suite de la mention par le premier ministre du Québec, dans son discours d’ouverture de la session parlementaire, du projet de création de ce ministère, le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) a affirmé que « créer une telle expertise interne [en numérique et cybersécurité] se heurtera à la pénurie de main-d’oeuvre » et qu’il y a déjà 1000 postes vacants en technologies de l’information dans l’administration publique du Québec.

Le SFPQ soutenait alors aussi que « pour développer une capacité de réalisation à l’interne dans le domaine du numérique et de la cybersécurité », le gouvernement doit « cesser sa coûteuse dépendance au secteur privé » et « remettre en question son volume de sous-traitance », ainsi que « diminuer sa dépendance aux ressources externes ».

« Pour créer une expertise et la conserver, dans un domaine aussi compétitif que le numérique et la cybersécurité, le gouvernement devra trouver des façons d’attirer et retenir son personnel » technique recruté par le secteur privé, en particulier avec des conditions de travail compétitives, selon le SFPQ.

Lire aussi :

Mieux vaut prévenir que guérir en numérique aussi

Dépôt du projet de loi visant la création d’un ministère de la Cybersécurité

Un ministère de la Cybersécurité et du Numérique dans les cartons de Québec

Articles connexes

Les cyberattaques fonctionnent parce que les RSSI ne s’occupent pas de la sécurité de base selon Microsoft

Les dirigeants de la sécurité de l’information sont toujours en retard quant aux bases de la cybersécurité, laissant leurs organisations inutilement exposées aux attaques, déclare le vice-président de Microsoft Security.

L’appât des cartes-cadeaux bien présent lors d’un test de hameçonnage

Un nombre important d'employés sont toujours victimes d'escroqueries par hameçonnage, selon les résultats d'un test mondial réalisé par une entreprise québécoise.

Détecter les intrusions avant une attaque

Par Avi Posesorsky, directeur des ventes chez Fortinet Avec leurs...

Une session du MapleSEC examine la meilleure façon de mettre fin au chaos des courriels

Les chiffres sont à la fois effrayants et alarmants. Au cours de 2022, selon Statista, on estime qu'un nombre stupéfiant de 333,2 milliards de courriels seront envoyés et reçus dans le monde, un nombre qui atteindra 347,3 milliards l'année prochaine et franchira la barre des 376,4 milliards d'ici 2025.

Google Cloud annonce de nouvelles solutions de sécurité

Google Cloud élargit son offre de cybersécurité et place sa récente acquisition de la société de cybersécurité Mandiant au premier plan de ses annonces de sécurité lors de la conférence Google Cloud Next 2022.