Médias sociaux au Québec : Implication surtout passive et faible interaction organisationnelle


Jean-François Ferland - 21/09/2011

Selon l’enquête NETendances du CEFRIO, près de 70 % des internautes adultes québécois consulteraient du contenu dans les médias sociaux, mais à peine plus du tiers en créerait. Moins de 40 % des internautes adultes auraient communiqué avec des organisations via les médias sociaux.

Le premier volet de l’édition 2011 de l’enquête NETendances du CEFRIO, sans grande surprise, rapporte que la proportion des internautes qui consultent du contenu dans les médias sociaux (69,9 %) est plus élevée que celle des internautes qui y interagissent (55,7 %) ou qui y entretiennent un profil (52,2 %).

D’autre part, 40,6 % des internautes adultes québécois relaieraient de l’information dans les médias sociaux, alors que 36,4 % y créeraient du contenu. Soulignons que l’enquête du CEFRIO portait sur les médias sociaux – qui incluent notamment les blogues – et non seulement sur les réseaux sociaux.

En détail, 38 % des internautes adultes québécois consulteraient du contenu tous les jours dans les médias sociaux, 22 % au moins une fois par semaine, 10 % au moins une fois par mois, et 30 % jamais.

L’interaction avec d’autres utilisateurs et l’entretien de profil ont des pourcentages similaires, soit 20-21 % des internautes adultes qui le feraient tous les jours, 22-23 % au moins une fois par semaine, 11-12 % au moins une fois par mois, et 44-46 % jamais.

Quant au relais de l’information et à la création du contenu, respectivement 9 % et 7 % des internautes feraient ces types d’activité tous les jours, alors que respectivement 59 % et 63 % ne le feraient jamais.

Tendances inverses

Quelques constats intéressants peuvent être formulés par l’observation des graphiques (ci-dessous) portant sur les groupes d’âge qui ont trait aux activités situées aux extrémités des niveaux d’interaction dans les médias sociaux, soit la consultation du contenu et la création de contenu.

Pour la consultation de contenu, on remarque que la fréquence quotidienne serait plus importante que les fréquences hebdomadaire et mensuelle, mais que l’écart entre les fréquences serait plus prononcé dans les jeunes groupes d’âge. Chez les 18 à 24 ans, 65 % des internautes adultes québécois consulteraient du contenu tous les jours, 27 % le feraient au moins une fois par semaine et 7 % au moins une fois par mois. Chez les 25 à 34 ans, 55 % consulteraient du contenu à une fréquence quotidienne, 23 % à une fréquence hebdomadaire et 12 % à une fréquence mensuelle.

À l’opposé, chez les 65 ans et plus, 20 % des 12 % des internautes consulteraient quotidiennement du contenu dans les médias sociaux, alors que 10 % de internautes consulteraient les médias sociaux à une

NETendances 2011 médias sociaux consultation contenu

(Source : « L’engouement pour les médias sociaux au Québec », enquête NETendances 2011, CEFRIO)

fréquence hebdomadaire et mensuelle (ex aequo)

Au niveau de la création de contenu, le graphique démontre encore une fois que le niveau de fréquence serait inversement proportionnel à l’âge. Toutefois, la création de contenu ne serait pas aussi fréquente que la consultation de contenu.

Chez les 18 à 24 ans, 28 % des adultes internautes créeraient du contenu au moins une fois pas mois, contre 25 % à une fréquence hebdomadaire et 17 % à une fréquence

NETendances 2011 médias sociaux création contenu

(Source : « L’engouement pour les médias sociaux au Québec », enquête NETendances 2011, CEFRIO)

quotidienne. Chez les 35 à 44 ans, 17 % des internautes créeraient du contenu au moins une fois par semaine, contre 8 % à des fréquences quotidienne et mensuelle (ex aequo).

Chez les 65 ans et plus, 6 % créeraient du contenu au moins une fois par semaine, contre 4 % à une fréquence mensuelle et 2 % à une fréquence quotidienne.

Interaction avec les organisations

Le premier rapport de l’enquête NETendances 2011 du CEFRIO traite également de l’utilisation des médias sociaux par les internautes pour l’interaction avec des organisations.

D’une part, le rapport indique que 19,2 % des internautes québécois qui « suivent » une marque ou bien une organisation désireraient être avisés des nouveautés, que 16,8 % souhaiteraient obtenir une réponse à des questions et que 14 % espéreraient obtenir des aubaines ou des promotions.

Selon les résultats de l’enquête, 37 % des internautes québécois qui utilisent au moins une fois par mois les médias sociaux auraient déjà interagi avec des entreprises ou des organismes des secteurs des arts, des spectacles, du loisir et de l’industrie culturelle. Ensuite, ex aequo à 28 %, on retrouve les gouvernements, ministères, organismes et administrations publiques ainsi que les entreprises de biens de consommation.

Suivent alors les institutions financières (26 %), les entreprises d’hébergement et les services de restauration (24 %), les entreprises de l’industrie de l’information et des télécommunications (23 %), les services d’enseignement et les entreprises du domaine des technologies (ex aequo à 17 %) et les entreprises de services professionnels, scientifiques et techniques. (16 %).

Le pourcentage relatif à l’interaction des internautes avec les gouvernements dans les médias sociaux semble élevé, compte tenu de la frilosité de plusieurs entités gouvernementales au Québec en vers les médias sociaux, notamment à l’égard des réseaux sociaux. Mélanie Fontaine, chargée de projets au CEFRIO, souligne que la question posée lors de l’enquête avait une large portée et qu’elle concernait les médias sociaux dans leur ensemble. Elle indique que plusieurs municipalités sont présentes dans les médias sociaux, et mentionne que la production d’un commentaire dans un blogue tenu par un organisme gouvernemental fait partie des formes d’interaction possible.

Les données de l’enquête du CEFRIO démontrent un faible niveau d’interaction des internautes adultes québécois avec les organisations par le biais des médias sociaux. On pourrait supposer un manque d’intérêt des internautes envers ce moyen de communication avec les organisations, mais le faible niveau interaction pourrait être du à l’absence dans les médias sociaux d’organisations avec lesquelles les internautes désireraient communiquer.

Le premier volet de l’enquête NETendances 2011 du CEFRIO a été produit au moyen de réponses fournies par 1 006 adultes québécois lors d’un sondage téléphonique de Léger Marketing qui a été réalisé au début de mars 2011.

Pour consulter l’édition numérique du magazine de juillet-août de Direction informatique, cliquez ici

Jean-François Ferland est rédacteur en chef adjoint au magazine Direction informatique.




Tags: , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.
Google+