Baisse de l’usage du Français pour naviguer sur l’Internet au Québec

Une enquête NETendances publiée aujourd’hui par l’Académie de la transformation numérique (ATN) de l’Université Laval révèle que près des deux tiers des adultes québécois (64 %) utilisent le plus souvent la langue française pour naviguer sur l’Internet. Cela constitue une baisse significative de quelque 12 points de pourcentage par rapport à la dernière enquête réalisée en 2020.

L’enquête, qui s’intitule Portrait numérique des régions, révèle également que les diminutions les plus importantes sont survenues dans les régions administratives de Montréal (61 % à 43 %), de la Capitale-Nationale (89 % à 72 %), de la Montérégie (79 % à 62 %) et des Laurentides (87 % à 71 %).

Selon Claire Bourget, directrice intelligence d’affaires et recherche marketing à l’ATN, « Cette baisse de l’utilisation de la langue française pour naviguer sur Internet est en concordance avec la diminution de l’usage du français comme première langue officielle parlée à la maison qui a été observée récemment par Statistique Canada ».

Par ailleurs, l’enquête rapporte que 38 % des adultes québécois ne connaissent pas la vitesse de téléchargement de leur connexion Internet à la maison et que quelque 42 % des adultes québécois disposent à la maison d’une vitesse de téléchargement égale ou supérieure à 50 Mbit/s, qui correspond à Internet haute vitesse.

Sept pour cent des adultes québécois ne sont pas branchés à Internet à la maison. 75 % de ceux-ci sont âgés de 55 ans et plus, 85 % détiennent un diplôme du primaire ou du secondaire, 53 % ont un revenu familial annuel de moins de 40 000 $, 53 % vivent seuls, 64 % font partie de la population inactive et 89 % habitent à l’extérieur de la région administrative de Montréal.

C’est la région administrative de Laval où l’utilisation de l’internet est la plus répandue. En effet, 100 % des adultes y ont utilisé personnellement Internet au cours des trois mois précédant le sondage, une hausse de 5 points de pourcentage depuis 2020. En comparaison, l’utilisation pour le Québec entier se situe à 96 %.

Les résultats complets de l’enquête NETendances sont disponibles sur le site Web de l’ATN.

Renaud Larue Langlois
Renaud Larue Langlois
Un peu journaliste, un peu gestionnaire TI, totalement passionné de technologie. Après plus de 25 ans dans le domaine des TI, devenir rédacteur était tout naturel pour Renaud. C'est réellement une affaire de famille. Ses champs d'intérêt sont… tout, en autant que ça concerne la technologie. On peut le joindre à [email protected]

Articles connexes

Deux chercheurs québécois reçoivent des prix Mitacs

Un chercheur de l’Université de Sherbrooke et un de l’Université Laval sont parmi les récipiendaires des prix Mitacs, qui « célèbrent les réalisations extraordinaires des meilleurs talents et reconnaissent le potentiel infini d'innovation rendu possible lorsque des leaders compétents travaillent ensemble »

Plus d’un adulte québécois sur cinq a déjà acheté ou vendu de la cryptomonnaie

Une enquête NETendances de l'Académie de la transformation numérique (ATN) de l'Université Laval révèle que près du quart (22 %) des adultes québécois ont déjà acheté ou vendu de la monnaie virtuelle, communément appelée « cryptomonnaie ». 

85 % des responsables I&O prévoient augmenter leur niveau d’automatisation

Une récente enquête de Gartner révèle que 85 % des responsables de l'infrastructure et des opérations (I&O) qui ne disposent actuellement d'aucune automatisation complète s'attendent à devenir plus automatisés au cours des 2 à 3 prochaines années.

Augmentations salariales de 3,8 % prévues pour 2023

Normandin Beaudry, un cabinet de services-conseils en actuariat et rémunération globale, dévoilait hier les résultats de sa 12è enquête annuelle sur les augmentations salariales. Pour une deuxième année consécutive, les résultats révèlent que les organisations prévoient des budgets moyens d'augmentations salariales plus élevés que les tendances historiques, soit 3,8 % pour 2023, excluant les gels

Trois écoles d’automne en Intelligence artificielle

L’Institut intelligence et données (IID) de l’Université Laval et ses partenaires offriront l’automne prochain un cycle de trois écoles d’automnes. Construites à l’attention de non-spécialistes afin de les aider à appréhender l’usage des données et de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé, ces formations soutiendront une exploration des outils et techniques de l’IA, de la gestion et de l’intendance des données, ainsi que du cadre éthique et juridique qui les soutiennent.