Implantation d’OVH.com : Une stratégie progressive et sur mesure


Jean-François Ferland - 30/01/2012

Octave Klaba, le directeur général et fondateur de l’hébergeur français OVH.com, explique l’approche qui sera privilégiée par l’entreprise pour l’implantation du centre de données à Beauharnois.

OVH.com, qui offre des services d’hébergement et de télécommunications, a annoncé qu’elle établira jusqu’à 360 000 serveurs dans un centre de données qui sera construit dans une ancienne aluminerie de Rio Tinto Alcan à Beauharnois, en Montérégie (Lire : Un hébergeur français s’implante à Beauharnois).

Le directeur général et fondateur d’OVH.com, Octave Klaba, explique que l’entreprise reproduira au Québec le modèle qui a été établi en France, soit la construction d’un seul centre de données à titre de centre d’excellence ainsi qu’une importante infrastructure de réseautique qui offrira une liaison optimale vers les réseaux de télécommunications.

« On ne voulait pas construire des centres de données à toutes les 10 ou 20 millisecondes, mais plutôt un grand centre avec un réseau qui pallie les problèmes de latence et de qualité de service. On ne voulait pas faire une dizaine de centres aux États-Unis dans toutes les villes importantes, mais plutôt en faire trois pour couvrir la côte Est, la côte Ouest et le centre », explique-t-il.

M. Klaba précise que l’objectif d’établir 360 000 serveurs dans le centre de données Beauharnois est à long terme, soit dans un horizon de dix à vingt ans. Surtout, les serveurs seront assemblés et installés par OVH.com au gré de l’ajout de nouveaux clients ou de l’augmentation de la capacité des clients existants.

« Nous ne faisons pas des travaux durant six mois dans un centre de données pour ensuite le remplir. Nous remplissons au fur et à mesure que les clients viennent et nous commandent des services, explique-t-il. Les livraisons sont en flux tendu, car nous installons des lignes de production de serveurs directement à côté du centre de données. Nous n’achetons pas chez Dell, IBM ou HP. Le mode de remplissage est plus lissé dans le temps et les lignes de productions ne sont pas établies pour une ou deux années. »

Objectifs considérables

Alors que le marché européen d’OVH.com est morcelé dans douzaine de pays qui nécessitent chacun une stratégie commerciale propre, le marché des États-Unis constitue pour sa part un gros marché. Sa taille de population étant semblable à celle du marché sur le Vieux Continent, le marché américain laisse entrevoir à OVH.com des besoins similaires en matière de croissance.

« On se doit d’avoir des emplacements où on peut avoir plus de 200 000 ou 300 000 serveurs, car c’est le genre de croissance qu’on envisage dans l’avenir », répète M. Klaba, en précisant que l’objectif d’activation de serveurs au cours des trois prochaines années a été établi à 80 000 unités.

« Nous avons produit 25 000 serveurs en France en 2011. Et la demande est supérieure à cela, car nous n’avons pas tout le marché… », indique-t-il.

Enfin, M. Klaba affirme que les tarifs de son entreprise seront deux à trois fois inférieurs à ceux des autres joueurs présents sur le marché américain. Ces tarifs moindres pourront être offerts en raison de l’expérience obtenue en France en matière d’économie d’énergie, de consommation électrique et d’optimisation de centres de données et en raison de l’établissement de la ligne de production de serveurs à Beauharnois.

« Le coût de revient pour la fabrication d’un serveur en production est deux fois moindre chez nous que chez un concurrent, ce qui nous permet d’offrir un service à un prix deux fois moins dispendieux », explique-t-il.

M. Klaba reconnaît que l’établissement d’un centre de données de 360 000 serveurs peut être impressionnant à imaginer. « Mais si on réfléchit et qu’on se projette dans un horizon de plus de dix ans, c’est compatible à ce qu’on essaie de faire. En faire plus ou en faire moins n’aurait pas été raisonnable », conclut-il.

À lire aussi : Implantation d’OVH.com : Un renouveau industriel à saveur technologique pour Beauharnois

Pour consulter l’édition numérique du magazine de décembre 2011/janvier 2012 de Direction informatique, cliquez ici

Jean-François Ferland est rédacteur en chef adjoint au magazine Direction informatique.




Tags: , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.
Google+