Équation Humaine acquiert des actifs d’Odacia


Jean-François Ferland - 28/05/2013

L’agence de marketing numérique Équation Humaine achète une partie des contrats de clients et d’employés de l’agence web Odacia, qui était en difficulté. Logos d'Équation Humaine et d'Odacia

Équation humaine, une agence de marketing numérique de Montréal, s’est portée acquéreur de certains actifs de l’agence web Odacia, également de Montréal, qui est spécialisée en design, en marketing, en développement web et en développement pour les appareils mobiles. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé.

L’agence Odacia, qui avait été fondée en 2006, a été dissoute au début de mai 2013, selon la base de données du Registraire des entreprises du Québec. Odacia, qui employait quinze personnes, comptait parmi ses clients présents et antérieurs Metro, La Mère Poule, Oxfam Québec, Uniprix, le Carnaval de Québec, l’Union des producteurs agricoles, Radio-Canada et Ski Bromont.

Dans un communiqué de presse annonçant la transaction, Équation Humaine indique que cette acquisition d’actifs s’inscrit dans le cadre d’un plan d’investissement d’un million de dollars dont le financement a été complété au début de mai dernier. La Banque de développement du Canada, la Société de développement économique Ville-Marie et la firme de financement Finalta Capital, de Laval, ont participé à cette ronde d’investissement.

Sauvetage difficile

Philippe Bertrand, le directeur des ventes d’Équation Humaine, était le vice-président responsable du développement des affaires chez Odacia. Il précise qu’Équation Humaine a procédé à l’acquisition des contrats pour les mandats qui se déroulaient bien chez Odacia, des contrats d’emploi de sept employés, du site Web et de la marque de commerce de l’agence web.

M. Bertrand explique qu’il avait joint Odacia il y a dix mois afin de procéder au « sauvetage » de l’agence web, qui avait beaucoup de « passifs », mais il indique que les efforts déployés n’ont pas permis d’atteindre les résultats escomptés.

« Il était devenu clair pour moi que la façon de sauver Odacia était de lui trouver un « grand frère », qui est Équation Humaine. Équation Humaine était habituée à faire des comptes majeurs, alors qu’Odacia était le spécialiste de la PME, soit des clients qui sont aussi importants, mais plus petits », explique M. Bertrand.

M. Bertrand ajoute qu’une rencontre avec les actionnaires d’Équation Humaine a permis d’identifier une « synergie » au niveau de l’offre de service des deux organisations, mais surtout de maintenir des activités pour certains clients et employés d’Odacia.

« Je n’ai pas fait d’argent dans cette transaction, mais ce qui était important était de sauver des emplois – j’avais une très bonne équipe – et de sauver des clients [sic] en s’assurant qu’on termine certains des mandats et qu’on les remette droit sur la track. C’est ce que nous avons fait », déclare M. Bertrand. « Dans la liste de rappel chez Équation humaine, les gens qui ont perdu leur emploi chez Odacia seront les premiers à être rappelés s’il y a un besoin. »

« Nous sommes contents de cette transaction, car nous avons créé chez Équation Humaine une nouvelle offre de service qui est différente et plus dynamique et les équipes sont bien intégrées », ajoute-t-il.




Tags: , , , , , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.
Google+