Un Espace IBM Q à l’Institut quantique de l’UdeS

L’Université de Sherbrooke (UdeS) et IBM ouvrent un Espace IBM Q à l’Institut quantique (IQ), a récemment annoncé l’université.

Image : Université de Sherbrooke

Avec cet espace, l’UdeS se dote d’une plateforme qui donnera à ses membres l’accès aux systèmes informatiques quantiques d’IBM.

IBM compte notamment un système de 53 qubits, le plus gros calculateur quantique universel accessible sur le marché actuellement.

« L’Espace IBM Q est un outil tant pour la recherche fondamentale que pour le développement d’applications pratiques, indique Alexandre Blais, directeur scientifique de l’IQ. Nous voulons bâtir une communauté quantique d’utilisateurs à l’intersection du milieu universitaire, de l’entreprise privée et d’entreprises en émergence. »

L’Espace IBM Q a annoncé son premier membre officiel, CMC Microsystèmes, qui compte un réseau national d’universités et d’entreprises œuvrant dans l’innovation en micro-nanotechnologies.

« Les Espaces IBM Q tels que celui de l’UdeS sont essentiels pour développer la communauté de l’informatique quantique nécessaire à la découverte d’applications pratiques qui sont à l’origine de percées commerciales et scientifiques. La recherche, l’éducation et les collaborations industrielles par l’entremise de l’UdeS joueront un rôle clé au Canada et dans le monde pour développer l’écosystème de l’informatique quantique », indique Anthony Annunziata, directeur du réseau IBM Q Network et docteur en physique.

Le potentiel du quantique pour résoudre des problèmes dont la complexité dépasse la capacité de calcul des superordinateurs classiques ouvre la voie à plusieurs champs d’applications notamment en biochimie, en finance, en logistique et en intelligence artificielle.

Le gouvernement du Québec a contribué financièrement à cet Espace IBM Q à hauteur de 4,5 millions de dollars.

Articles connexes

Le coût moyen d’une violation de données atteint 7 millions de dollars

Les 25 entreprises canadiennes qui ont subi une violation de données au cours de la période de 12 mois se terminant en mars ont payé en moyenne 7 millions de dollars en frais de rétablissement par incident. En comparaison, la moyenne des 550 entreprises étudiées dans le monde était de 5,5 millions de dollars (les montants sont en dollars canadiens).

Des ententes d’une valeur pouvant atteindre 10,8 M$ dans le secteur public pour Alithya

Le Groupe Alithya annonce la signature d'ententes de service d'une valeur pouvant atteindre 10,8 M$ avec un ministère du gouvernement du Québec pour la mise en œuvre de plusieurs projets sur une période de 36 mois. Ces ententes comprennent des projets de cybersécurité, de communications radio et de migration vers le nuage, précise l’entreprise dans un communiqué qui ne précise pas de quel ministère il s’agit.

L’usine IBM de Bromont a 50 ans

La journée d’hier marquait le cinquantième anniversaire de l'ouverture...

IBM Think 2022 – Un vaste catalogue de logiciels IBM désormais disponibles en tant que service sur AWS

IBM annonçait la semaine dernière avoir signé un accord de collaboration stratégique avec Amazon Web Services (AWS), avec l'intention d'offrir une large gamme de son catalogue sous forme de logiciels en tant que service (SaaS) sur AWS.

Québec offre une prime aux découvreurs de failles

Le ministre de la Cybersécurité et du Numérique, Éric Caire, annonce cette semaine le lancement du Programme de prime aux bogues, un nouvel outil pour rehausser la sécurité des actifs informatiques gouvernementaux.