L’Université de Waterloo dirigera un consortium pour faire progresser la sécurité et la défense du Canada

L’Université de Waterloo annonçait hier la création d’un consortium de technologie de réseau mobile 5G et au-delà pour aider à développer des réseaux mobiles 5G et à améliorer la sécurité et la défense du Canada. 

Une équipe d’informaticiens de Waterloo dirigera le consortium multipartenaires financé à hauteur de 1,5 million de dollars canadiens par le ministère de la Défense nationale (MDN) dans le cadre de son programme Innovation pour la défense, l’excellence et la sécurité (IDEaS). 

Le projet s’étalera sur trois ans et impliquera une collaboration avec des partenaires universitaires et industriels de l’École de technologie supérieure de Montréal, de l’Université de Regina, de BlackBerry, de NoviFlow et de Rockport Networks, avec le soutien de Rogers Communications Canada.

Le consortium développera des systèmes d’intelligence artificielle (IA) pour détecter les cyberattaques sur le réseau 5G au fur et à mesure qu’elles se produisent. Cela permettra une réponse rapide et des contre-mesures automatiques pour assurer la sécurité du réseau. 

D’autres exigences de sécurité seront incluses dans les segments de réseau 5G eux-mêmes, en utilisant une orchestration de bout en bout des segments de réseau qui répond dynamiquement aux exigences de sécurité d’une application et à la gravité des menaces, a révélé l’annonce. Les segments de réseau 5G, ou découpage de réseau, sont une configuration réseau qui permet de créer plusieurs réseaux au-dessus d’une infrastructure physique commune.

« Nos réseaux de communications mobiles peuvent être découpés à l’aide d’un logiciel en réseaux adaptés qui fonctionnent virtuellement, chacun avec un degré d’isolement et un niveau de qualité de service différents pour répondre aux exigences de sécurité et de performance », a déclaré le Dr Raouf Boutaba, chercheur principal du projet et directeur de la Cheriton School of Computer Science de Waterloo. « Cependant, la logicielisation du réseau introduit également des vulnérabilités qui peuvent compromettre les services, y compris les tranches. L’objectif du consortium est de déployer des segments de réseau 5G qui offrent non seulement des performances, une flexibilité et une fiabilité élevées, mais également des niveaux de sécurité accrus requis pour les applications critiques.

Les différentes solutions seront intégrées aux technologies des partenaires et collaborateurs du consortium pour créer une preuve de concept sur le banc d’essai 5G de l’Université de Waterloo-Rogers .

L’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois.

Samira Balsara
Samira Balsara
Samira est rédactrice pour IT World Canada. Elle poursuit actuellement des études en journalisme à la Toronto Metropolitan University (anciennement Ryerson) et espère devenir présentatrice de nouvelles ou rédiger des profils journalistiques. Vous pouvez lui envoyer un courriel à [email protected]

Articles connexes

Le Centech parmi les 10 meilleurs incubateurs d’entreprises universitaires selon UBI Global

Le Centech, un incubateur universitaire affilié à l'École de technologie supérieure (ÉTS) de Montréal figure au Top 10 des incubateurs d'entreprises universitaires les plus performants au monde selon le classement UBI Global.

De plus en plus de réseaux mobiles privés selon la GSA

Dans son rapport annuel sur les réseaux mobiles privés, la Global mobile Suppliers Association (GSA) révèle avoir identifié au moins 955 organisations déployant des réseaux mobiles privés LTE ou 5G dans 72 pays et/ou territoires du monde entier. 

Le nombre d’abonnés à la 5G devrait atteindre 5 milliards d’ici la fin de 2028

Le géant des équipements de télécommunications suédois Ericsson vient de publier son « Mobility Report » intitulé « La croissance mondiale de la 5G dans un contexte de défis macroéconomiques ». On y apprend que la 5G continue de se développer plus rapidement que n’importe quelle autre génération mobile précédente et que les abonnements mobiles 5G devraient atteindre cinq milliards d'ici à la fin de l'année 2028.

Aide fédérale de 4 M$ à l’ÉTS pour l’innovation et le transfert technologique

Pascale St‑Onge, ministre des Sports et ministre responsable de Développement économique Canada pour le Québec, annonce aujourd'hui une contribution non remboursable de 3,76 M$ à l’École de technologie supérieure (ÉTS). Ce soutien vise l'acquisition d'équipements de pointe qui permettront d'améliorer la capacité des entreprises à innover par le biais de transferts technologiques.

Quatre millions de Canadiens veulent passer à la 5G en 2023, selon une étude d’Ericsson

Ericsson, un important fournisseur de services de réseau 5G au Canada, publie aujourd’hui les résultats canadiens de sa plus grande étude menée à ce jour auprès des consommateurs. Elle démontre que quatre millions d'utilisateurs de téléphones intelligents comptent passer aux services 5G au cours des 12 à 15 prochains mois.