La place des emojis dans les communications professionnelles

L’utilisation des emojis, véritable phénomène culturel, gagne de plus en plus d’importance dans le monde du travail, selon une récente étude.

Image : Unsplash

Avec l’avènement des téléphones multifonctions et de la communication électronique, les emojis font désormais partie de la culture populaire. Depuis quelques années, ces pictogrammes vont au-delà des interactions avec les proches et se retrouvent de plus en plus dans les entreprises.

Une étude menée par Adobe auprès de 1000 Américains plus tôt ce mois-ci révèle que 61 % d’entre eux échangent des emojis dans un contexte professionnel.

Selon la majorité de ces répondants, l’utilisation de ces petits personnages permet de rendre leurs messages plus sincères et positifs. Les emojis amélioreraient aussi la convivialité entre collègues, d’après eux.

L’intégration d’emojis dans les communications en entreprise semblent toutefois respecter certaines règles. Le rapport d’Adobe indique que 36 % des utilisateurs d’emojis au travail adoptent cette pratique uniquement avec des collègues du même niveau hiérarchique. Seuls 13 % des répondants favorables aux emojis les insèrent dans leurs communications avec n’importe quel employé, peu importe son statut.

L’étude montre qu’on utilise très peu (4 % des répondants) les emojis pour interagir avec des professionnels à l’extérieur de l’entreprise.

Plusieurs grandes organisations considèrent les emojis comme un atout publicitaire, qui leur permet de transmettre un message plus personnalisé et plus chaleureux, selon le rapport d’Adobe. Les médias sociaux comme Instagram, Facebook et Twitter emploient régulièrement ces pictogrammes pour attirer l’attention des internautes et promouvoir leurs produits, par exemple.

Cette stratégie semble porter fruit, puisque 64 % des gens interrogés par Adobe se disent prêts à faire un achat lorsqu’une publicité contient des emojis.

L’entreprise japonaise NTTDOCoMo a créé les emojis à la fin des années 1990 afin de faciliter la communication électronique entre adolescents, selon The Verge. Le terme « emoji » signifie pictogramme en japonais. Le phénomène s’est raidement démocratisé et a pris une expansion mondiale au cours des deux dernières décennies. En 2018, on comptait un peu plus de 2800 emojis, selon Business Insider.

Lire aussi :

Aperçu des intentions de communication après une cyberattaque

Savoir-faire Linux lance un outil de communications chiffrées au CES 2019

Gestionnaires : quels sont les impacts de votre communication?

Catherine Morin
Catherine Morin
Éditrice - Direction Informatique

Articles connexes

Loi 64 sur la protection des renseignements personnels : Votre entreprise est-elle prête ?

Certaines dispositions de la « Loi modernisant des dispositions législatives en matière de protection des renseignements personnels » (autrefois le projet de loi 64) entreront en vigueur dans un peu plus d’un mois, le 22 septembre. Votre entreprise sera-t-elle prête à s’y conformer ?

Faible maturité des entreprises canadiennes en matière de cybersécurité

De nombreuses entreprises canadiennes ont encore beaucoup de chemin à parcourir pour être considérées comme une organisation de cybersécurité mature, si l’étude d’un fournisseur est représentative.

Technologies et cybersécurité au budget du Québec

Le budget 2022-2023 du gouvernement du Québec prévoit 451 millions de dollars pour la transition de l’État et des entreprises vers le numérique, et pour stimuler les achats de technologies, au cours des cinq prochaines années.

ITI acquiert Zycom Technology

ITI est une entreprise de transformations technologiques basée à Québec et Laval, au Québec, tandis que Zycom Technology est une entreprise d’infrastructure TI et de services TI gérés basée à Toronto en Ontario.

Log4Shell : assouplissement d’une obligation fiscale pour les entreprises

Les entreprises qui ne peuvent avoir accès à des services en ligne de Revenu Québec en raison de la fermeture temporaire des services publics en ligne de l’administration publique du Québec auront droit à l’assouplissement d’une date d’échéance.