Francisation du vocabulaire de la sécurité informatique

Un répertoire comprenant 450 termes en langue française et 200 définitions pour désigner et comprendre des concepts liés à la sécurité informatique est désormais en ligne.OQLF, français

L’Office québécois de la langue française (OQLF) affirme que ce répertoire a été produit avec la collaboration de spécialistes de l’institut de recherche en sécurité Cogentas à Québec, ainsi que du Département d’informatique du Cégep de Sainte-Foy.

Selon l’OQLF, le répertoire terminologique « permet de nommer avec justesse les concepts associés aux cyberattaques et aux vulnérabilités, ainsi qu’aux moyens de protection existants ».

Le répertoire inclut notamment des termes tels que « vulnérabilité logicielle, installation furtive, attaque par embuscade, logiciel espion, enregistrement de frappe et prime de bogues ».

« En diffusant ce vocabulaire, l’Office souhaite accroître l’utilisation du français dans les secteurs où le français est moins utilisé, notamment en rendant accessible une terminologie adéquate. Il contribue à la valorisation du français comme langue de communication dans ces domaines », soutient l’OQLF.

Apprentissage linguistique profond

De son côté, Druide informatique mentionne que la version 11 de son logiciel de correction Antidote est équipée d’un « moteur de correction neuronale fruit d’un partenariat avec l’équipe du professeur Yoshua Bengio », qui peut par exemple insérer des mots manquants, de même que des dictionnaires qui « utilisent l’apprentissage profond pour prononcer tous les mots du français et de l’anglais ».

Des mots liés aux technologies ont été ajoutés aux dictionnaires d’Antidote 11, par exemple « annonciel, géoblocage, téléprésence, télébanque, trollage, vidéoblogueur, vlogueur et wikimédien », ainsi que des adjectifs comme « autoexécutant, diagrammatique, multiaccès et validable ».

Lire aussi :

Microsoft ajoute le français canadien à son outil de traduction

Favoriser l’usage du français dans les TI

Amazon : Alexa désormais en français du Québec

Articles connexes

Un OBNL québécois remboursera les sommes volées à ses clients suite à une cyberattaque

Kaleido Croissance inc., un organisme à but non lucratif québécois qui offre des programmes d'épargne-études depuis 1964 aux familles du Québec et du Nouveau-Brunswick, a annoncé à ses clients que, suite à un cyberincident survenu le 18 janvier dernier, elle compensera l'entièreté des sommes volées dans leurs comptes.

Un fabricant d’outils canadien victime d’une cyberattaque

Un fabricant international canadien d'outils moulés sous pression et de pièces automobiles a été victime d'une cyberattaque.

Des pirates informatiques ont compromis le site Web de la LCBO et volé des données de clients

Des cybercriminels ont compromis le site Web de la LCBO, l’équivalent ontarien de la SAQ, et volé les informations personnelles de clients qui ont acheté des produits en ligne, a reconnu le détaillant.

Un réseau d’hôpitaux de Toronto affirme que ses problèmes informatiques n’ont pas été causés par une cyberattaque

L'un des plus grands réseaux hospitaliers du pays a déclaré que l'alerte informatique publiée lundi n'était pas le résultat d'une cyberattaque.

Un cyberincident pourrait coûter 25 millions de dollars à la chaîne de supermarchés Empire

La chaîne de supermarchés canadienne Empire Co. pourrait devoir essuyer une perte de 25 millions de dollars canadiens pour des coûts non couverts par la cyberassurance suite à la cyberattaque qu'elle a subie le mois dernier.