Francisation du vocabulaire de la sécurité informatique

Un répertoire comprenant 450 termes en langue française et 200 définitions pour désigner et comprendre des concepts liés à la sécurité informatique est désormais en ligne.OQLF, français

L’Office québécois de la langue française (OQLF) affirme que ce répertoire a été produit avec la collaboration de spécialistes de l’institut de recherche en sécurité Cogentas à Québec, ainsi que du Département d’informatique du Cégep de Sainte-Foy.

Selon l’OQLF, le répertoire terminologique « permet de nommer avec justesse les concepts associés aux cyberattaques et aux vulnérabilités, ainsi qu’aux moyens de protection existants ».

Le répertoire inclut notamment des termes tels que « vulnérabilité logicielle, installation furtive, attaque par embuscade, logiciel espion, enregistrement de frappe et prime de bogues ».

« En diffusant ce vocabulaire, l’Office souhaite accroître l’utilisation du français dans les secteurs où le français est moins utilisé, notamment en rendant accessible une terminologie adéquate. Il contribue à la valorisation du français comme langue de communication dans ces domaines », soutient l’OQLF.

Apprentissage linguistique profond

De son côté, Druide informatique mentionne que la version 11 de son logiciel de correction Antidote est équipée d’un « moteur de correction neuronale fruit d’un partenariat avec l’équipe du professeur Yoshua Bengio », qui peut par exemple insérer des mots manquants, de même que des dictionnaires qui « utilisent l’apprentissage profond pour prononcer tous les mots du français et de l’anglais ».

Des mots liés aux technologies ont été ajoutés aux dictionnaires d’Antidote 11, par exemple « annonciel, géoblocage, téléprésence, télébanque, trollage, vidéoblogueur, vlogueur et wikimédien », ainsi que des adjectifs comme « autoexécutant, diagrammatique, multiaccès et validable ».

Lire aussi :

Microsoft ajoute le français canadien à son outil de traduction

Favoriser l’usage du français dans les TI

Amazon : Alexa désormais en français du Québec

Articles connexes

Uber affirme que la compromission des informations d’identification d’un fournisseur a conduit à une violation de données

Uber a offert plus de détails au sujet de la dernière violation de ses contrôles de sécurité, affirmant que la compromission des informations d'identification d'un sous-traitant externe était le point de départ de l'attaque. Il pense également que l'agresseur était lié au gang d'extorsion Lapsus$.

Un employé d’Uber aurait donné son mot de passe à un usurpateur informatique

Un pirate informatique de 18 ans revendique la responsabilité de ce qui est considéré comme une énorme violation des contrôles de sécurité chez Uber.

Cisco admet que les données publiées par un gang de rançongiciels proviennent de ses systèmes

Cisco Systems a admis que les données publiées dimanche par le gang de rançongiciels Yanluowang avaient été volées au géant des réseaux lors d'une cyberattaque plus tôt cette année.

Le groupe hôtelier InterContinental victime d’une cyberattaque

La société hôtelière britannique InterContinental Hotels Group PLC (IHG) publiait hier une déclaration confirmant une cyberattaque sur un certain nombre de ses systèmes technologiques, deux jours après la perturbation de ses canaux de réservation et d'autres applications. IHG a déclaré qu'ils enquêtaient sur une « activité non autorisée ».

L’attaque conte Twilio révèle les faiblesses des systèmes d’authentification multifacteur

La dernière révélation sur la campagne de hameçonnage visant à compromettre les comptes de connexion des employés de Twilio est un rappel que l'authentification multifacteur pour protéger les connexions peut être contournée si les systèmes qui la sous-tendent ne sont pas sécurisés.