Projet de création d’un regroupement en cybersécurité au Québec

Un projet créé et mené par les organisations Prompt, In-Sec-M et CyberEco prévoit l’implantation à Gatineau en Outaouais d’un regroupement des organisations québécoises de cybersécurité.Illustration du concept de sécurité et d'un écran tactile

Selon le cabinet du premier ministre du Québec, ce projet de regroupement doit par exemple permettre de créer un service accessible aux entreprises pour vérifier la fiabilité des identités numériques de leurs interlocuteurs, une boîte à outils pour que les forces de l’ordre puissent « identifier les cybercriminels à l’aide de l’intelligence artificielle », ainsi que des technologies pour protéger contre les cyberattaques.

Le gouvernement du Québec affirme verser 17 millions de dollars à Prompt pour la réalisation de ce programme en cybersécurité.

« Ce projet vise à rassembler l’écosystème québécois autour de projets de développement technologique », soutient Québec, et ce, sur la base de partenariats entre des entreprises, des universités, ainsi que des centres de recherche et de transfert technologique.

Le projet viserait aussi à « faire croître, créer et retenir des petites et moyennes entreprises qui développent des solutions de cybersécurité, tout en favorisant l’attraction des grandes entreprises », en misant sur le bassin de chercheurs.

Prompt est un regroupement sectoriel en recherche industrielle et In-Sec-M est un regroupement de l’industrie de la cybersécurité, tandis que CyberEco est une organisation consacrée à la cybersécurité qui a été fondée par le Mouvement Desjardins, la Banque Nationale, Deloitte et le Groupe RHEA.

Lire aussi :

Création d’un regroupement en cybersécurité à Montréal

Technique de refroidissement de serveurs développée au Québec

Projet de centre de cybersécurité à Gatineau

Articles connexes

Des règles YARA publiées pour détecter l’utilisation de Cobalt Strike par les cybercriminels

Les équipes de sécurité informatique se dotent d'une nouvelle arme pour détecter l'un des outils les plus populaires utilisés par les cybercriminels pour distribuer des logiciels malveillants : les versions piratées du cadre d'attaque Cobalt Strike.

Aliments Maple Leaf confirme avoir été victime d’un rançongiciel et ne paiera pas la rançon

Le gang de rançongiciels Black Basta répertorie désormais le transformateur de viande canadien Aliments Maple Leaf parmi ses victimes. Ce n'est pas clair, mais cela pourrait être lié au cyberincident que la société a reconnu plus tôt ce mois-ci.

La NSA exhorte les développeurs à passer à des langages à mémoire sécurisée

Les développeurs d'applications peuvent réduire les chances que leur code comporte des vulnérabilités de mémoire en passant à un langage moderne, déclare la National Security Agency (NSA) des États-Unis.

La police canadienne arrête un membre présumé du gang de rançongiciels LockBit

La police canadienne a arrêté un citoyen russe qui, selon elle, est l'un des opérateurs de rançongiciels les plus prolifiques au monde qui serait derrière le gang cybercriminel LockBit. Si cela est vrai, l'arrestation pourrait être un coup dur pour l'organisation.

Une session du MapleSEC examine la meilleure façon de mettre fin au chaos des courriels

Les chiffres sont à la fois effrayants et alarmants. Au cours de 2022, selon Statista, on estime qu'un nombre stupéfiant de 333,2 milliards de courriels seront envoyés et reçus dans le monde, un nombre qui atteindra 347,3 milliards l'année prochaine et franchira la barre des 376,4 milliards d'ici 2025.