Données ouvertes : des municipalités québécoises souhaitent adopter la licence CC 4


Benjamin Jébrak - 20/02/2014

Gatineau, Montréal, Québec, Sherbrooke et le gouvernement provincial ont émis une demande de normalisation pour adopter la licence ouverte CC 4 de Creative Commons.Illustration du concept de données

La demande conjointe de Montréal, Québec, Gatineau, Sherbrooke et du gouvernement du Québec, qui vise l’obtention d’une licence ouverte CC 4, s’inscrit dans une ouverture toujours plus grande aux données ouvertes. Pour les municipalités, il s’agit de générer des bénéfices à la fois dans les secteurs économiques, culturels et sociaux.

La licence CC 4 de Creative Commons, un organisme à but non lucratif dont les activités visent à libérer leurs œuvres des droits de propriété intellectuelle, est reconnue par les organismes internationaux faisant la promotion du savoir libre. Elle permet aux utilisateurs de partager, de distribuer et transformer le matériel numérique sans frais.

Toutefois les utilisateurs de la licence doivent citer la source des données utilisées et indiquer les changements apportés. Ce type de licence ouverte a aussi l’avantage d’être gratuite pour ses utilisateurs.

Lire aussi : Données ouvertes : transformer le gouvernement

Montréal, notamment,  souhaite aussi stimuler les échanges entre la Ville, les citoyens et les administrations publiques. La Ville de Montréal organisera, lors de la prochaine Journée internationale des données ouvertes, le 22 février prochain, une série d’ateliers sur les données ouvertes regroupant des employés municipaux et des citoyens.

« J’ai bon espoir que l’adoption par nos villes d’une licence commune d’utilisation des données ouvertes multipliera les occasions de collaboration et ouvrira la porte à une exploitation encore plus poussée de ces précieuses données, qui sont à la base du concept de ville intelligente », a déclaré Denis Coderre, le maire de Montréal, par voie de communiqué.




Tags: , ,
Benjamin Jébrak

À propos de Benjamin Jébrak

Benjamin Jébrak est journaliste pour le magazine Direction Informatique.
Google+