Un 2000e brevet pour le centre de recherche canadien de Xerox

Le Centre canadien de recherche Xerox a obtenu son deux millième brevet en quarante ans d’activité.Logo de Xerox

La multinationale américaine Xerox, qui exerce ses activités principales dans le domaine de la gestion documentaire, indique que le Centre canadien de recherche Xerox, qui est situé à Mississauga, en Ontario, a obtenu son 2000e brevet pour une invention qui est nommée « nanofeuilles de graphène et méthodes pour les fabriquer ».

Ce brevet, émis aux États-Unis, a été attribué au bureau américain des brevets et des marques de commerce (USPTO) aux chercheurs Yiliang Yu et Sandra J. Gardner le 27 mai 2014. La demande de brevet avait été déposée par Xerox en novembre 2011.

Le graphène est décrit par l’encyclopédie libre Wikipédia comme « un cristal bidimensionnel (monoplan) de carbone dont l’empilement constitue le graphite. » Il s’agit d’un conducteur flexible et mince qui pourrait notamment entrer dans la fabrication de transistors. Ces transistors seraient utilisés dans les appareils informatiques, tels que les tablettes numériques, les téléphones intelligents et les ordinateurs personnels.

Xerox précise que des équipes de recherche de l’entreprise procèdent à l’étude du graphène aux fins d’une utilisation dans des « structures 3D intelligentes » qui seraient déployées dans le cadre de l’implantation de l’Internet multidimensionnel (Internet of Everything en anglais), où l’interaction des objets au quotidien englobe les échanges de personne à personne, de personne à machine et de machine à machine.

Jean-François Ferland
Jean-François Ferland
Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.

Articles connexes

La performance des réseaux canadiens pratiquement inchangée

La société de recherche sur les réseaux Ookla a récemment publié son analyse trimestrielle de l'Internet mobile et fixe pour le Canada. Avec la prolifération des environnements de travail hybrides, les performances des réseaux deviennent de plus en plus importantes. À cet égard, le rapport démontre que les vitesses mobiles du Canada seraient suffisantes pour prendre en charge la plupart des fonctions de travail à distance comme les réunions Zoom et les applications de bureau à distance.

Inquiets de la résilience Internet et des télécoms de votre entreprise ? Posez ces questions

Les pannes pancanadiennes d'Internet et de réseau cellulaire causées par l'incident de la semaine dernière chez Rogers Communications devraient inciter les décideurs des entreprises de télécommunications et de TI à réfléchir attentivement à la résilience des télécommunications dans les services qu'ils achètent.

Le PDG de Rogers admet que la panne aurait été causée par une opération d’entretien

À la suite de la panne majeure de ses services cellulaires, de câbĺodistribution et d'Internet qui a commencé tôt vendredi matin et qui perdure, le président et chef de la direction de Rogers Communications, Tony Staffieri, a publié un nouveau message expliquant ce que l'entreprise croit en être la cause : « une panne du réseau suite à une mise à jour de maintenance de notre réseau central, qui a provoqué un dysfonctionnement de certains de nos routeurs tôt vendredi matin ».

Rogers présente des excuses après une panne majeure

Rogers Communications s’est excusée publiquement après qu’une panne majeure de son réseau ait laissé des millions d’utilisateurs et d'entreprises canadiens sans services Internet et mobiles le 8 juillet.

Près de 1 M$ du fédéral pour une meilleure connectivité mobile à des foyers ruraux du Québec

Le ministère du Développement économique rural annonce un financement fédéral pouvant aller jusqu'à 939 035 $ à Bell pour qu’elle améliore la connectivité mobile dans la communauté des Premières Nations Les Atikamekw de Manawan.